mercredi
22 novembre 2017
  Accueil du site > Notre Paroisse > Comptes 2011
 
Enregistrer au format PDF
Comptes 2011

LA VIE MATERIELLE DE LA PAROISSE EN 2011

GRAPHIQUE

  • 1- Rappel de quelques chiffres 35 933 habitants vivent sur le territoire de notre Paroisse. Plus de 1000 personnes en moyenne fréquentent les messes dominicales. Plus de 150 personnes assistent chaque jour aux trois messes quotidiennes. Sur l’ensemble de l’année, 75 000 communions ont été distribuées. 101 baptêmes ont été préparés par la Paroisse et 72 célébrés au Saint-Esprit. 6 mariages seulement ont été célébrés, mais 28 ont été préparés par la Paroisse et célébrés ailleurs. Enfin, 86 obsèques ont eu lieu au Saint-Esprit en 2011.
  • 2- Les charges de notre Paroisse Les charges de la Paroisse du Saint Esprit en 2011 s’élèvent à 495 641 € (soit 1 358 € par jour). Elles sont en réduction de 7% par rapport à l’an dernier. Cette réduction tient en particulier aux charges de personnel (clergé et laïcs) suite aux départs intervenus en 2010. Des économies ont également été trouvées pour les frais immobiliers (- 7%) malgré les augmentations du prix de l’énergie. La Paroisse a poursuivi ses efforts pour des actions pastorales rassemblant toute notre communauté (assemblées paroissiales, Catéchèses, festivités,…). Comme l’an dernier, le fonctionnement de la Maison Paroissiale de La Durance, gérée par une association paroissiale, ne pèse pas sur les finances de la Paroisse.
  • 3- Ses ressources Elles proviennent toujours de votre générosité jamais démentie malgré les difficultés économiques auxquelles nous sommes tous confrontés. Le montant du Denier de l’Eglise qui avait augmenté de 6 % en 2011 a encore augmenté de 2%, et celui des quêtes de 13 %. 905 foyers contribuent au Denier de l’Eglise. Si les ressources provenant des prêts de salles sont en léger recul, les revenus immobiliers sont en nette augmentation du fait du solde de certaines charges fiscales. Enfin, et c’est aussi le résultat des actions des paroissiens, la Kermesse de Noël a permis de dégager un bénéfice de 14 600 € et les braderies, une recette nette de près de 20 000 €. Au total, les ressources de fonctionnement de la Paroisse ont augmenté de plus de 12 % (563 475 €).
  • 4- Le résultat La participation demandée à la Paroisse pour les charges diocésaines est de 100 204€ en 2011 (soit +11% par rapport à 2010), auquel s’ajoute l’effort de solidarité (22 000€). En outre la Paroisse a fait un don de 5 000€ à la Paroisse Saint François d’Assise (dans le 19e arrondissement) pour l’installation de vitraux. Le résultat de fonctionnement en 2011 est positif pour la première fois depuis plusieurs années (+67 000€ au lieu de - 33 000 € en 2010). Le résultat net comptable lui est en baisse (98 000€ au lieu de 122 000€ en 2010) du fait de l’absence de produits exceptionnels cette année.
  • 5- L’avenir Soyez une nouvelle fois infiniment remerciés de votre générosité si remarquable dans ces temps difficiles. Elle traduit votre attachement à l’Eglise et à votre Paroisse. Grâce à cette générosité, certains investissements ont pu être réalisés (les chaises, enfin !), des réserves ont été constituées pour des travaux en préparation (ceux de la petite crypte, différés pour des raisons techniques et administratives) ou projetés (escaliers du clocher, intercrypte…). Mais des changements importants attendent encore notre Paroisse, vous le savez, et la solidarité avec notre Diocèse, avec l’Eglise de France, sera plus que jamais indispensable. Ne relâchons pas nos efforts…

MERCI pour hier… aujourd’hui… et demain.

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales