lundi
27 février 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

En ce temps de la fin de l’année litur­gi­que, avec son cou­ron­ne­ment dans la fête du Christ Roi, la Parole de Dieu dresse un pay­sage impres­sion­nant et apo­ca­lyp­ti­que. Nous ne pou­vons éviter d’y voir une cer­taine actua­lité, et même dépas­sée par la réa­lité des événements qui se dérou­lent dans le monde entier : ten­sions poli­ti­ques, catas­tro­phes natu­rel­les, inon­da­tions... Pourtant, la réponse de Jésus, sans nier le carac­tère dra­ma­ti­que de ces signes, nous conduit à une autre vigi­lance, celle du cœur de l’homme, ce puits d’où peut jaillir le meilleur et le pire. Jésus parle des per­sé­cu­tions et du témoi­gnage que nous aurons à donner. Nous ne pou­vons détour­ner notre atten­tion du martyr des chré­tiens d’Irak. Leurs évêques nous adres­sent cette demande fer­vente : « Notre Calvaire est lourd et il nous paraît long. Le car­nage qui a eu lieu à la cathé­drale Notre Dame du Perpétuel Secours de Bagdad, avec 58 morts, parmi les­quels deux jeunes prê­tres et 67 bles­sés dont un prêtre, nous a pro­fon­dé­ment secoués. Nous per­dons la patience, mais nous ne per­dons pas la foi et l’espé­rance. Cet événement d’une telle ampleur qui se pro­duit juste après la tenue du Synode nous choque encore plus. Ce dont nous avons besoin c’est de votre prière et de votre sou­tien fra­ter­nel et moral. Votre amitié nous encou­rage à rester sur notre terre, à per­sé­vé­rer et à espé­rer. Sans cela nous nous sen­tons seuls et isolés. Nous avons besoin de votre com­pas­sion face à tout ce qui vient tou­cher la vie des inno­cents, chré­tiens et musul­mans. Restez avec nous, restez avec nous jusqu’à ce que soit passé le fléau. » L’espé­rance se tisse de notre prière et de notre com­pas­sion. Elle n’est pas « l’igno­rance du déses­poir, elle est le déses­poir sur­monté ». (Denis Ledogar, infir­mier anes­thé­siste et prêtre assomp­tion­niste). Avant de nous préoc­cu­per des fins der­niè­res, et même si elles ne sont pas à la portée de notre cons­cience, nous sommes invi­tés à tenir fer­me­ment dans l’ins­tant pré­sent, pour y accom­plir notre devoir d’homme et de chré­tien, pour être témoins de la Vérité, de Celui seul qui peut sauver le monde et faire régner la jus­tice et la paix.

Père Gilles Rousselet

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales