mercredi
22 novembre 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

On com­prend la pro­tes­ta­tion du Baptiste : celui qui n’a jamais péché n’a pas besoin de son bap­tême de conver­sion pour le pardon des péchés. Comment peut-on trou­ver juste que celui qui est sans péché fasse cette démar­che ? Comment peut-il pren­dre place dans la file des hommes venus implo­rer le pardon ? Comment expli­quer une telle atti­tude ? Jésus se rend soli­daire des pécheurs. Il veut pren­dre sur lui toutes les consé­quen­ces du péché. Déjà est annoncé le mys­tère de la Croix : il est l’Agneau de Dieu qui porte le péché du monde. C’est ainsi qu’il est notre Sauveur. Comme l’apôtre Paul le pré­cise aux chré­tiens de Corinthe : « Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a pour nous iden­ti­fié au péché afin qu’en lui, nous deve­nions justes. » (2Co.5,21). Cependant, être sauvé ne consiste pas uni­que­ment en la déli­vrance du péché : lors­que Jésus sortit de l’eau, la voix du Père se fit enten­dre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j’ai mis tout mon amour. » Cette rela­tion d’amour entre le Fils et Dieu son Père va accom­pa­gner Jésus tout au long de sa vie ter­res­tre. Ce sera la force qui le fait vivre : « Je ne suis jamais seul. Le Père est tou­jours avec moi. » (Jn 16,32). Par les sacre­ments du bap­tême et de la confir­ma­tion, c’est en quel­que sorte Jésus qui nous fait entrer dans « sa famille ». Lui, le Fils unique, nous prend la main pour faire de nous des enfants de Dieu. Il nous apprend à l’appe­ler notre Père. Qu’il nous per­mette de mieux mesu­rer la gran­deur de notre dignité de bap­tisé.

Père Christophe MARTIN

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales