mercredi
22 novembre 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Une des mul­ti­ples entrées dans le texte de la trans­fi­gu­ra­tion de Jésus consiste à faire un bref retour en arrière : la pro­fes­sion de foi de Pierre, la pre­mière annonce de la pas­sion, la réflexion de Pierre, la réac­tion de Jésus et les condi­tions pour le suivre, dont la prin­ci­pale consiste à renon­cer à soi-même et à porter sa croix.

La trans­fi­gu­ra­tion vient ensuite étayer les propos de Jésus et affer­mir la foi des apô­tres, témoins de l’événement, pour les pré­pa­rer à l’épreuve pro­chaine de la pas­sion, iné­luc­ta­ble dans l’accom­plis­se­ment de sa mis­sion. Mais pour voir Jésus trans­fi­guré, il faut savoir se mettre à l’écart, se couper des préoc­cu­pa­tions par­fois futi­les de notre monde. Il importe, à nous chré­tiens, de dési­rer pro­fon­dé­ment la pré­sence de Dieu et de faire durer la joie de cette pré­sence une fois qu’elle nous habite. Nous pour­rons alors dire à la suite de Pierre : « Il est heu­reux d’être ici », non pas sur une mon­ta­gne, mais en pré­sence de Dieu, par­tout où nous sommes, et plus encore en com­mu­nauté lors de nos célé­bra­tions litur­gi­ques.

En tant que dis­ci­ples du Christ, nous avons amorcé notre propre trans­fi­gu­ra­tion, depuis notre bap­tême. Car le bap­tême chré­tien exprime la com­mu­nion étroite au Christ dans sa mort et sa résur­rec­tion. Porter sa croix et suivre le Christ sur la voie de la résur­rec­tion, c’est aussi savoir conci­lier épreuves et espé­rance en écoutant le Fils bien-aimé du Père.

Père Cyprien-Joseph BOMBANGUI-GOLEMBA

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales