vendredi
31 mars 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Nous ache­vons notre chemin de Carême qui a tourné nos yeux vers la croix du Christ, signe d’alliance passée entre Dieu et l’homme, alliance d’Amour. En ces jours, nous allons vivre le Triduum pascal, « sommet de toute l’année litur­gi­que. Aidés par les rites sacrés du Jeudi Saint, du Vendredi Saint et de la Veillée Pascale solen­nelle, nous revi­vrons le mys­tère de la pas­sion, de la mort et de la résur­rec­tion du Seigneur. Ce sont des jours capa­bles d’éveiller en nous un plus vif désir d’adhé­rer au Christ et de le suivre géné­reu­se­ment, cons­cients du fait qu’Il nous a aimés jusqu’à donner sa vie pour nous. Que sont, en effet, les événements que le saint Triduum nous re-pro­pose, sinon la mani­fes­ta­tion sublime de cet amour de Dieu pour l’homme ? » (Benoît XVI). Ces fêtes du Triduum pascal sont une véri­ta­ble caté­chèse vivante de notre foi. Il est plus que jamais néces­saire d’éclairer l’intel­li­gence de notre foi : en qui je crois, en qui je remets ma vie, quels sont les fruits extra­or­di­nai­res de l’amour de Dieu pour nous ? Dans le monde entier, de nom­breux jeunes et adul­tes vont rece­voir à cette occa­sion les sacre­ments de l’ini­tia­tion, Baptême, confir­ma­tion et pre­mière com­mu­nion. Dans notre paroisse, pour la deuxième année et comme il est conseillé dans le rituel, nous avons choisi le bap­tême de quatre adul­tes par immer­sion. Pourquoi cette démar­che ? D’abord rap­pe­lons-nous que le mot Baptême signi­fie « plon­ger ». Pour saint Paul, le bap­tême, plon­gée dans l’eau, plonge le bap­tisé dans la mort du Christ, car l’eau peut donner la mort. Par le bap­tême, « c’est dans sa mort que nous avons été plon­gés, afin que, comme le Christ est res­sus­cité des morts, nous vivions nous aussi dans une vie nou­velle » (Rom 6/3-4). « Ensevelis avec lui lors du bap­tême, vous êtes aussi res­sus­ci­tés avec lui » (Col 2/11-13). « Baptisés (plon­gés) dans le Christ, vous avez revêtu le Christ » (Gal 3/27) Jusqu’au VIè siècle, Les Pères de l’Eglise insis­taient par­ti­cu­liè­re­ment sur la signi­fi­ca­tion pas­cale du Baptême, recom­man­dant le rite de l’immer­sion : le bap­tême est certes puri­fi­ca­tion de nos péchés, ini­tia­tive de l’Esprit, ce que mani­feste bien le rite de l’asper­sion. Mais il est aussi et sur­tout plon­geon dans la mort du Christ (immer­sion dans l’eau) et par­ti­ci­pa­tion de sa résur­rec­tion pour renaî­tre avec Lui à la vie éternelle (sortie de l’eau). Aujourd’hui et dans bien des lieux (cathé­dra­les d’Evry, de Reims…) nous redé­cou­vrons avec bon­heur le bap­tême par immer­sion. Ce rite rend bien visi­ble la grâce inouïe qui nous est accor­dée dans ce sacre­ment. Aline, Marc, Marie et Audrey se pré­pa­rent depuis deux ans à cet événement tel­le­ment impor­tant de leur vie. Que leur Baptême, leur Confirmation et leur Première Communion, soit pour chacun de nous un plon­geon dans l’Amour de Dieu, dans la joie d’être chré­tien.

Père Gilles Rousselet

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales