lundi
27 mars 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

« Réjouissez-vous avec Jérusalem, exul­tez à cause d’elle, vous qui l’aimez ! Avec elle, soyez pleins d’allé­gresse, vous tous qui por­tiez son deuil ! Ainsi vous serez nour­ris et ras­sa­siés de l’abon­dance de sa joie. » Tel est le texte de l’antienne d’ouver­ture de ce qua­trième diman­che de carême. Le rose de l’aurore d’un jour nou­veau montre que déjà semble poin­dre la lumière de la Résurrection.

 La joie que sus­cite cette Espérance est redou­blée par l’accueil de six nou­veaux caté­chu­mè­nes dans notre com­mu­nauté. La litur­gie de ce diman­che mani­feste au grand jour ce qui, pour le moment, était resté «  caché  », au sens bibli­que du terme. « Par l’entrée en caté­chu­mé­nat, les can­di­dats par­vien­nent à une conver­sion ini­tiale ; ils veu­lent deve­nir dis­ci­ples du Christ et l’Eglise les reçoit comme chré­tiens caté­chu­mè­nes » (Rituel d’ini­tia­tion chré­tienne des adul­tes). Les pères de l’Eglise disaient qu’ils étaient en «  ges­ta­tion  » pour aller vers la nou­velle nais­sance.

Les rites de cette entrée en caté­chu­mé­nat sont par­ti­cu­liè­re­ment signi­fi­ca­tifs de ce chemin de conver­sion, notam­ment le dia­lo­gue ini­tial aux portes de l’église d’abord, au bas des mar­ches de l’autel ensuite, mani­fes­tant phy­si­que­ment que les caté­chu­mè­nes entrent dans l’Eglise pour écouter la Parole de Dieu mais demeu­rent encore au seuil de la litur­gie eucha­ris­ti­que : Quel est votre nom ? Cette ques­tion marque la reconnais­sance per­son­nelle de chacun devant Dieu et toute la com­mu­nauté ras­sem­blée. Que deman­dez-vous à l’Eglise de Dieu ? La foi Que vous apporte la foi ? La vie éternelle.  S’ensuit la signa­tion du front et des sens, les oreilles, les yeux, la bouche, la poi­trine et les épaules, pour mon­trer l’atten­tion et l’amour que chacun porte à la Parole de Dieu.

Ainsi en ce diman­che, c’est toute la com­mu­nauté chré­tienne, en union avec l’Eglise entière, qui est invi­tée à prier pour ceux qui sont en marche vers une nou­velle nais­sance.

Père Stanislas LEMERLE

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales