lundi
27 mars 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito
JPEG - 115.1 ko

A son arri­vée à Jérusalem, en l’an 60, le gou­ver­neur romain Festus décou­vre la pré­sence d’un pri­son­nier dont le cas l’embar­rasse. Cet homme nommé Paul est en butte à l’hos­ti­lité des auto­ri­tés juives pour des rai­sons assez obs­cu­res, qui échappent en tout cas au repré­sen­tant de l’empe­reur Néron en Judée. Leur dif­fé­rend tourne autour d’ « un cer­tain Jésus qui est mort, mais que Paul pré­tend tou­jours en vie. » (Ac 25,19). A côté de for­mu­la­tions plus élaborées de la Bonne Nouvelle, comme celles de la 1re lettre aux Corinthiens (1Co 15, 3-5) ou des grands dis­cours apos­to­li­ques du livre des Actes, cette manière d’expri­mer le mys­tère de Pâques peut paraî­tre bien pauvre. Mais, dans la bouche du païen Festus, elle a le mérite de dire en des termes on ne peut plus ordi­nai­res l’événement qui est au cœur de la foi des chré­tiens : JÉSUS EST VIVANT ! Nous ne mesu­rons sans doute pas bien le carac­tère cho­quant d’une telle affir­ma­tion. Certes, au temps de Jésus, beau­coup en Israël croient en la résur­rec­tion des morts, ou tout au moins des justes, à la fin des temps. Mais lors­que les dis­ci­ples pro­cla­ment que leur Maître est déjà res­sus­cité, ils affir­ment du même coup que les der­niers temps sont arri­vés et qu’un monde nou­veau est advenu. Aujourd’hui, en tant que bap­ti­sés, nous sommes à notre tour, avec Aline, Audrey, Marie et Marc, les témoins émerveillés de cette nou­veauté inouïe. Depuis le jour de Pâques, Dieu accom­plit inlas­sa­ble­ment sa pro­messe : « Voici que je vais créer des cieux nou­veaux et une terre nou­velle. » (Is 65, 17).

Père Gérard Chantereau

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales