dimanche
23 juillet 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Ce diman­che, Jésus prie ! Et pour une fois, nous enten­dons sa prière. Elle est essen­tiel­le­ment action de grâce parce que la connais­sance de Dieu a été donnée aux hommes. Jésus se réjouit d’ailleurs qu’elle le soit sur­tout aux tout-petits. Cette prière se trouve au cœur d’un débat sur le sabbat (Mt 11 et 12) et le repos qui doit être observé en ce jour par­ti­cu­lier. Le débat abou­tira à cette affir­ma­tion du Christ : « Le fils de l’homme est maître du sabbat ». Jésus est maître de ce jour de repos heb­do­ma­daire demandé par Dieu. Les pre­miers chré­tiens ont donc fait du diman­che un jour de repos. Pourquoi se repo­ser et com­ment se repo­ser ? Quand Dieu a cessé ses acti­vi­tés de créa­tion pour se repo­ser le 7e jour, il fai­sait com­pren­dre que la plé­ni­tude des temps était atteinte, ce que Jésus a plus encore montré en res­sus­ci­tant (d’où le pas­sage du sabbat au diman­che). Le diman­che est donc le jour de l’accom­plis­se­ment. Un jour pour être avec Dieu. Un jour pour que notre tra­vail de la semaine trouve son accom­plis­se­ment. Un jour pour stop­per la ten­ta­tion de faire du tra­vail une idole. C’est en ce sens qu’il nous faut vivre nos vacan­ces. Que nous par­tions ou non, les vacan­ces sont un temps donné par Dieu pour donner un accom­plis­se­ment à notre tra­vail. Comment donner un accom­plis­se­ment à notre tra­vail ? D’abord en l’offrant à Dieu dans la prière ; et aussi en l’offrant à Dieu en vivant ce temps au mieux. Pour la plu­part d’entre nous, ce sera en par­ta­geant (en don­nant) du temps aux autres. Que cet été, avec son temps de repos, vous entraîne à mieux vivre les diman­ches qui ryth­me­ront notre année 2014-2015.

Père Bruno GUESPEREAU

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales