vendredi
23 juin 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Cette logi­que nous étonnera tou­jours ! En tout cas, dans l’his­toire que Jésus nous raconte aujourd’hui, il va un peu fort… Le pro­prié­taire d’une vigne embau­che des jour­na­liers à 6h du matin : le salaire sera d’une pièce d’argent pour 12h de tra­vail. On est d’accord. A 9h, le pro­prié­taire embau­che de nou­veau, et encore à midi, à 15h et à 17h. A 18h, le salaire est versé, d’abord aux der­niers embau­chés et ils reçoi­vent une pièce d’argent. Ceux qui ont com­mencé à tra­vailler très tôt pen­sent qu’ils vont rece­voir plus, mais ils tou­chent eux aussi une pièce d’argent. Ils sont en colère : « Ce n’est pas juste ! ». Nous pen­sons sans doute comme eux ! Pour nous, plus on tra­vaille, plus on gagne ; c’est logi­que, c’est la logi­que de notre monde. Mais Jésus veut ouvrir aujourd’hui une fenê­tre sur un monde autre : la jus­tice du Père pul­vé­rise notre jus­tice. « Vas-tu regar­der avec un œil mau­vais parce que moi, je suis bon ? » (Mt 20, 15). Après tout, le contrat est res­pecté, et si Dieu veut rajou­ter de la bonté gra­tuite à ceux qui n’ont pas eu la chance d’être embau­chés plus tôt, il en a bien le droit ! Ceux qui ont tra­vaillé seu­le­ment une heure ont aussi une famille à nour­rir et il faut bien une pièce d’argent pour cela. Alors, tout le monde rece­vra de quoi vivre digne­ment. Cette his­toire raconte l’impact du Royaume des Cieux sur notre vieux monde. Quand Jésus arrive, quand Jésus « règne » chez nous, voici ce qui arrive : Jésus casse un monde durci par l’absence de gra­tuité pour faire émerger un monde tout neuf à la sur­face de la terre. Mais, pour voir ce monde tout neuf, il faut un regard nou­veau. Ce n’est pas donné à tous. Jésus nous dit sou­vent que nous devrions pren­dre de la graine auprès des enfants et imiter un peu leur émerveillement. « Amen, je vous le dis, si vous ne chan­gez pas pour deve­nir comme les petits enfants, vous n’entre­rez point dans le Royaume des cieux. » (Mt 18, 3). Alix et Diane, qui sont bap­ti­sées ce diman­che, ont quel­que chose à nous dire là-dessus.

René-Jacques Traonouïl

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales