mardi
17 janvier 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Comme celle de diman­che der­nier, la para­bole qui nous est pro­po­sée aujourd’hui nous parle du Royaume de Dieu. Un homme demande à ses deux fils d’aller tra­vailler à sa vigne. Le pre­mier com­mence par refu­ser tout net ; mais ensuite il se repent et s’en va accom­plir la volonté de son père. Le second, au contraire, affi­che d’abord une obéis­sance exem­plaire ; mais, en réa­lité, il ne bouge pas. Comme il le fait sou­vent, Jésus inter­roge ses audi­teurs, des chefs des prê­tres et des anciens, c’est-à-dire des hommes res­pec­tés puisqu’ils sont les guides spi­ri­tuels du peuple de Dieu : « Lequel des deux fils a fait la volonté du père ? » Sans hési­ter, ils répon­dent avec raison : « le pre­mier. » Or, voici que le Maître leur lance des propos agres­sifs : « Amen, je vous le déclare : les col­lec­teurs d’impôts et les pros­ti­tuées vous pré­cè­dent dans le Royaume de Dieu. » Comment peut-il donc les insul­ter ainsi et leur pré­fé­rer des hommes et des femmes mis au ban de la société ? C’est que le cœur de ces pécheurs publics s’est ouvert à la pré­di­ca­tion de Jean-Baptiste : ils se sont repen­tis et ils ont cru… Ce que n’ont pas fait les audi­teurs de Jésus. Ceux-ci pen­saient sans doute que l’appel à la conver­sion s’adres­sait aux autres. Seront-ils capa­bles d’accueillir à leur tour la Bonne Nouvelle de Jésus ? Aujourd’hui, dans sa misé­ri­corde, le Seigneur se tourne vers nous : allons-nous nous res­sai­sir et reve­nir à lui ? Comme disait Ezékiel : « Parce qu’il a ouvert les yeux, parce qu’il s’est détourné de ses fautes, le méchant ne mourra pas, il vivra. » C’est le chemin de la vie qui s’ouvre devant nous.

Père Gérard Chantereau

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales