lundi
27 février 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Au terme du Temps ordi­naire (Année A), les textes litur­gi­ques de ce diman­che évoquent le Retour du Seigneur, cet Evénement vers lequel tend toute l’Histoire humaine.

Pour abor­der cette réa­lité, Jésus nous raconte la para­bole des Talents. Un maître qui part en voyage confie à trois ser­vi­teurs des sommes énormes (un talent cor­res­pond à 6000 jour­nées de tra­vail). Les deux pre­miers ser­vi­teurs font fruc­ti­fier leur somme ; le troi­sième, qui avait enfoui son talent dans la terre, le rend tel quel au maître revenu de voyage. Vis-à-vis de ce ser­vi­teur, le maître réagit sévè­re­ment. Il lui repro­che sa paresse et sur­tout sa méfiance. On pour­rait tra­duire : « Tu n’as pas répondu à la confiance que je te fai­sais ! ». Ce troi­sième ser­vi­teur se fait une idée com­plè­te­ment fausse de Dieu. Il consi­dère Dieu comme un maître impi­toya­ble avec qui on ne peut entre­te­nir que des rela­tions de stricte jus­tice. Dans tout cela, il n’y a aucun amour. Et pour­tant quelle confiance lui a fait le Seigneur !

Quelle confiance nous fait le Seigneur ! Il nous pro­pose de cons­truire avec lui le Royaume. Nous ne sommes pas des escla­ves, nous sommes des hommes et des femmes libres, fils et filles de Dieu depuis notre bap­tême, les plus res­pon­sa­bles des êtres humains. Sans nous, le Royaume de Dieu ne se déve­lop­pera pas. Dieu nous pro­pose de tra­vailler avec lui. Nos talents, ce sont les grâces qu’il nous donne pour cela. Ce tra­vail n’est pas de tout repos, c’est vrai ! Mais le Seigneur nous redit sans cesse : « N’ayez pas peur ! N’ayez pas peur de pren­dre des ris­ques ! Le risque de croire à mon Amour, le risque de me faire confiance jusqu’au bout ! » C’est une belle aven­ture.

Père René-Jacques Traonouïl

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales