dimanche
26 février 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

L’« Avent » est le temps des com­men­ce­ments. Ce temps ouvre l’année litur­gi­que. « Avent », du latin adven­tus, signi­fie venue, arri­vée. Le missel romain dit que : « le temps de l’Avent a une double carac­té­ris­ti­que : c’est à la fois un temps de pré­pa­ra­tion aux solen­ni­tés de Noël où l’on com­mé­more le pre­mier avè­ne­ment du Fils de Dieu parmi les hommes, et un temps où, par ce sou­ve­nir, les âmes sont tour­nées vers le second avè­ne­ment du Christ à la fin des temps. Le temps de l’Avent se pré­sente donc, pour ces deux rai­sons, comme un temps de prière et joyeuse attente. » Ainsi, le temps de l’Avent nous rap­pelle la venue his­to­ri­que de Jésus en notre huma­nité par le mys­tère de son incar­na­tion en Marie, il y a plus de deux mille ans déjà (!), suite et abou­tis­se­ment de la longue attente mes­sia­ni­que déployée dans le Premier Testament. Jésus est venu scel­ler en son sang la « nou­velle et éternelle Alliance » de Dieu avec l’huma­nité ! Le temps de l’Avent est le temps d’attente active et d’accueil de Jésus dans le cœur de l’homme pour qu’Il se forme pro­gres­si­ve­ment en chacun/cha­cune au fil de la vie sur cette terre. Le temps de l’Avent est le temps d’espé­rance active de la venue de Jésus « en gloire et en majesté » en notre monde, pour l’accom­plis­se­ment du « Royaume de paix, de jus­tice, de joie dans l’Esprit-Saint » (Rm 14,17) qu’Il a inau­guré lors de son temps passé parmi les hommes sur les routes de Palestine et qu’Il nous demande de faire pro­gres­ser à sa suite. Durant quatre semai­nes, la Parole de Dieu va nous accom­pa­gner dans l’attente de la venue de Jésus, l’Emmanuel (Dieu avec nous). Au pre­mier diman­che, la Parole de Dieu nous invite à une vigi­lance active : « Veillez, car vous ne savez pas quand le maître de la maison revien­dra… » (Mc 13,35). Au deuxième diman­che, la Parole de Dieu nous invite à nous mettre en mou­ve­ment, un mou­ve­ment inté­rieur pour accueillir le Seigneur et vivre de sa pré­sence, un mou­ve­ment vers les autres pour l’annon­cer et témoi­gner de sa Parole en actes et en vérité. Au troi­sième diman­che, la Parole de Dieu nous invite à la joie avec un cœur nou­veau, la joie de la proxi­mité du Salut, cadeau de Dieu par excel­lence, et donc joie par­faite. Au qua­trième diman­che, la Parole de Dieu nous invite à lais­ser le Seigneur agir en nous, faire son œuvre en nous, nous ren­voyant à Marie qui, lors de l’Annonciation, consent acti­ve­ment et dans un aban­don total à ce que les mer­veilles de Dieu s’accom­plis­sent en elle et par elle. « Marana tha ! Viens Seigneur Jésus ! » (Ap. 20,22)

Jean Amouriaux, diacre per­ma­nent

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales