mardi
17 janvier 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

« Ne vous sou­ve­nez plus d’autre­fois. Ne songez plus au passé ! » Ainsi s’exprime le dis­ci­ple d’Isaïe qui vient de la part du Seigneur réconfor­ter ses frères dépor­tés à Babylone. Au pre­mier abord, cette étrange invi­ta­tion à l’oubli semble contre­dire les appels répé­tés de Moïse dans le Deutéronome : « Israël, tu te sou­vien­dras de toute la route que le Seigneur ton Dieu t’a fait par­cou­rir... » Pour un croyant, la perte de la mémoire est un grand mal­heur ; elle pré­pare les pires catas­tro­phes, car la foi d’Israël et celle de l’Eglise s’enra­ci­nent dans une his­toire, où Dieu se révèle aux hommes.

A dire vrai, le pro­phète expli­que son propos quand il ajoute : « Voici que je fais du nou­veau, dit le Seigneur. Il germe déjà, ne le voyez-vous pas ? » Babylone abat­tue, les cap­tifs vont retrou­ver leur liberté et pour­ront retour­ner sur la terre de leurs pères. Cette déli­vrance en annon­çait une autre, plus mer­veilleuse, et défi­ni­tive celle-là. L’évangile de ce diman­che l’évoque en ces termes : « Mon fils, tes péchés sont par­don­nés… Lève-toi, prends ton bran­card et marche ! »

S’enfer­mer dans le passé, rester pri­son­nier de ses nos­tal­gies, c’est courir le risque de méconnaî­tre que le Seigneur est à l’œuvre aujourd’hui. Mais garder au cœur le sou­ve­nir de ses bien­faits sus­cite l’action de grâce et la louange. Chacune de nos eucha­ris­ties réveille notre mémoire, nous rend atten­tifs au pré­sent où Dieu che­mine avec nous, et nous ouvre à l’avenir que son amour nous pré­pare.

Père Gérard Chantereau

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales