dimanche
20 août 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

A l’occa­sion des ordi­na­tions de 13 nou­veaux prê­tres pour le dio­cèse de Paris et les dix ans de sacer­doce du Père Bruno :
Bienheureux le prêtre qui sait que le Christ est son être et son agir : il est entré de plein pied dans le mys­tère du sacer­doce
Bienheureux le prêtre convaincu qu’il est d’abord prêtre pour les autres : il est passé du pos­ses­sif à l’obla­tif.
Bienheureux le prêtre pour qui le sacer­doce est un ser­vice joyeux : il a dit un oui géné­reux au mys­tère de la croix.
Bienheureux le prêtre qui vit de la Parole de Dieu et l’annonce avec convic­tion : il sait puiser à la source d’eau vive jaillis­sant en vie éternelle.
Bienheureux le prêtre qui sait se reti­rer au désert avec le Christ : il sera libéré du pou­voir de la chair, de l’argent et de la volonté de domi­na­tion.
Bienheureux le prêtre qui fait de la cha­rité son pain quo­ti­dien : il sera mangé pour la gloire de Dieu.
Bienheureux le prêtre qui se sait inten­dant inu­tile des mys­tè­res de Dieu : il ne fera pas du sacer­doce une course aux hon­neurs.
Bienheureux le prêtre qui sait écouter, dia­lo­guer et col­la­bo­rer : les orniè­res du clé­ri­ca­lisme n’embour­be­ront pas sa route.
Bienheureux le prêtre qui sait rendre à César, ce qui est à César, tout en sachant que César est une créa­ture de Dieu : il sait que Dieu seul est ado­ra­ble.
Bienheureux le prêtre qui sait que vivre est une grâce et la mort un gain : il sera accueilli dans le Royaume de Dieu.

Père Stanislas LEMERLE

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales