vendredi
23 juin 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

« Un jour, un vieux pro­fes­seur de l’École Nationale d’Administration Publique (ENAP) fut engagé pour donner une for­ma­tion sur la pla­ni­fi­ca­tion effi­cace de son temps à un groupe d’une quin­zaine de diri­geants de gros­ses com­pa­gnies nord-amé­ri­cai­nes. Ce cours cons­ti­tuait l’un des 5 ate­liers de leur jour­née de for­ma­tion. Le vieux prof n’avait donc qu’une heure pour « faire passer sa matière ». Debout, devant ce groupe d’élite (qui était prêt à noter tout ce que l’expert allait lui ensei­gner), le vieux prof les regarda un par un, len­te­ment, puis leur dit : « Nous allons réa­li­ser une expé­rience ». De des­sous la table qui le sépa­rait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot de verre de plus de 4 litres qu’il posa déli­ca­te­ment en face de lui. Ensuite, il sortit envi­ron une dou­zaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça déli­ca­te­ment, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu’au bord et qu’il fut impos­si­ble d’y ajou­ter un caillou de plus, il leva len­te­ment les yeux vers ses élèves et leur demanda : « Est-ce que ce pot est plein ? ». Tous répon­di­rent : « Oui ». Il atten­dit quel­ques secondes et ajouta : « Vraiment ? ». Alors, il se pencha de nou­veau et sortit de sous la table un réci­pient rempli de gra­vier. Avec minu­tie, il versa ce gra­vier sur les gros cailloux puis brassa légè­re­ment le pot. Les mor­ceaux de gra­vier s’infil­trè­rent entre les cailloux... jusqu’au fond du pot. Le vieux prof leva à nou­veau les yeux vers son audi­toire et réi­téra sa ques­tion : « Est-ce que ce pot est plein ? ». Cette fois, ses brillants élèves com­men­çaient à com­pren­dre son manège. L’un d’eux répon­dît : « Probablement pas ! ». « Bien ! » répon­dit le vieux prof. Il se pencha de nou­veau et cette fois, sortit de sous la table un sac de sable. Avec atten­tion, il versa le sable dans le pot. Le sable alla rem­plir les espa­ces entre les gros cailloux et le gra­vier. Encore une fois, il rede­manda : « Est-ce que ce pot est plein ? ». Cette fois, sans hési­ter et en chœur, les brillants élèves répon­di­rent : « Non ! ». « Bien ! » répon­dit le vieux prof. Et comme s’y atten­daient ses pres­ti­gieux élèves, il prit le pichet d’eau qui était sur la table et rem­plit le pot jusqu’à ras bord. Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : « Quelle grande vérité nous démon­tre cette expé­rience ? »

A médi­ter cette semaine et vous aurez la réponse la semaine pro­chaine…

Père Stanislas LEMERLE

Voir la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales