mardi
17 janvier 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

« Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : « Quelle grande vérité nous démon­tre cette expé­rience ? » Pas fou, le plus auda­cieux des élèves, son­geant au sujet de ce cours, répon­dît : « Cela démon­tre que même lors­que l’on croit que notre agenda est com­plè­te­ment rempli, si on le veut vrai­ment, on peut y ajou­ter plus de rendez-vous, plus de choses à faire ». « Non » répon­dît le vieux prof. « Ce n’est pas cela. La grande vérité que nous démon­tre cette expé­rience est la sui­vante : si on ne met pas les gros cailloux en pre­mier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite. » Il y eut un pro­fond silence, chacun pre­nant cons­cience de l’évidence de ces propos. Le vieux prof leur dit alors : « Quels sont les gros cailloux dans votre vie ? Votre santé ? Votre famille ? Vos ami(e)s ? Réaliser vos rêves ? Faire ce que vous aimez ? Apprendre ? Défendre une cause ? Vous relaxer ? Prendre le temps... ? Ou... tout autre chose ? Ce qu’il faut rete­nir, c’est l’impor­tance de mettre ses GROS CAILLOUX en pre­mier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réus­sir... sa vie. Si on donne prio­rité aux pec­ca­dilles (le gra­vier, le sable), on rem­plira sa vie de pec­ca­dilles et on n’aura plus suf­fi­sam­ment de temps pré­cieux à consa­crer aux éléments impor­tants de sa vie. Alors, n’oubliez pas de vous poser à vous-même la ques­tion : « Quels sont les GROS CAILLOUX dans ma vie ? » Ensuite, mettez-les en pre­mier dans votre pot (vie) ». D’un geste amical de la main, le vieux pro­fes­seur salua son audi­toire et quitta len­te­ment la salle. »

Père Stanislas LEMERLE

Voir la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale (pre­mière partie de cette his­toire sur la feuille du 19 juillet)

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales