mercredi
23 août 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Face à la situa­tion actuelle préoc­cu­pante et le drame humain qui se déroule devant nos yeux, des parois­siens me rap­pe­laient une action qui avait été menée de manière effi­cace pour venir en aide aux Vietnamiens et Cambodgiens fuyant leur pays en 1978. Certains d’entre vous s’en sou­vien­nent peut-être. Devant cette tra­gé­die, une asso­cia­tion, loi 1901, l’AD-RASE s’était cons­ti­tuée pour venir en aide aux réfu­giés, par­ti­cu­liè­re­ment viet­na­miens et cam­bod­giens qui leur étaient recom­man­dés par le Secours Catholique. Cette aide consis­tait à : trou­ver un loge­ment dans le quar­tier et en assu­rer tout le finan­ce­ment, dans un pre­mier temps, puis en partie grâce à l’enga­ge­ment des mem­bres bien­fai­teurs qui venait s’ajou­ter aux mem­bres actifs ; trou­ver un tra­vail selon les qua­li­fi­ca­tions de chacun ; assu­rer l’alpha­bé­ti­sa­tion des adul­tes et la sco­la­ri­sa­tion des enfants. Cette ini­tia­tive, qui avait permis d’accueillir 4 famil­les, dont l’une d’elle, une maman veuve et ses 4 jeunes enfants, a duré pen­dant près de 15 années. Ceci n’est qu’un exem­ple, cor­res­pon­dant à un contexte économique et social par­ti­cu­lier, qu’il ne s’agit pas for­cé­ment de copier ou d’imiter. Au-delà, il est pour nous une invi­ta­tion à réflé­chir pour savoir ce que l’Esprit dit à notre esprit aujourd’hui et main­te­nant. Et à quel­que esprit cha­grin qui me dirait que tout cela n’est qu’une goutte d’eau dans un océan de misère, je répon­drais, comme bien­heu­reuse Mère Teresa de Calcutta, « L’océan n’est-il pas fait de gout­tes d’eau ? » ou bien comme saint Jean-Paul II, son contem­po­rain : « Il n’est permis à per­sonne de ne rien faire ». Les géné­ra­tions à venir pour­raient nous le repro­cher.

Père Stanislas LEMERLE


* Association Daumesnil – Réfugiés de l’Asie du Sud-Est

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales