vendredi
20 octobre 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Avec ce 34e et der­nier diman­che de l’année litur­gi­que, notre par­cours du cycle litur­gi­que, qui nous a permis de célé­brer dans la foi, diman­che après diman­che, les grands moments de la vie de Jésus, s’achève au pied du Christ, le Roi de l’Univers. Le Pape Pie XI, en ins­ti­tuant la Fête du Christ Roi le 11 décem­bre de l’Année sainte 1925, en fai­sait une arme spi­ri­tuelle contre les forces de des­truc­tion à l’œuvre dans le monde, qu’il iden­ti­fiait avec la montée de l’athéisme et de la sécu­la­ri­sa­tion. Aussi sommes-nous appe­lés à tour­ner notre regard vers l’avenir, ou mieux, plus pro­fon­dé­ment, vers la des­ti­na­tion finale de l’his­toire qui sera le règne défi­ni­tif et éternel du Christ, la vic­toire du bien sur le mal. Mais, notons-le bien, la Royauté du Christ n’a rien de com­pa­ra­ble avec celle de ce monde. Comme le « Fils d’homme » que contem­plait Daniel dans ses visions de la nuit, le Christ est le Roi à qui « Il (…) fut donné une domi­na­tion (…) une domi­na­tion éternelle, qui ne pas­sera pas, et… une royauté qui ne sera pas détruite. » (Dn7, 14). Le Christ lui-même le pré­cise devant Pilate : « Ma royauté ne vient pas de ce monde. Non, ma royauté ne vient pas d’ici. » (Jn 18, 36). Et pour Saint Jean, le Christ est « le témoin fidèle, le pre­mier-né d’entre les morts, le sou­ve­rain des rois de la terre. » (Ap 1,5). A la dif­fé­rence des rois de la terre qui font sentir leur pou­voir et règnent en maî­tres abso­lus, la royauté du Christ se déploie dans l’humi­lité, la vérité et le ser­vice. Cette royauté s’accom­plit sur la croix où le Christ rend le plus grand ser­vice à l’huma­nité en don­nant sa vie pour nous. Etre sujet de ce roi, par­ti­ci­per à cette royauté, c’est avant tout témoi­gner de la vérité du Christ dans l’humi­lité et le ser­vice. Et ne dit-on pas qu’être Maître et Seigneur consiste à se faire ser­vi­teur ? Nous aussi, nous pour­rons pren­dre part à la royauté du Christ par la qua­lité de notre ser­vice chré­tien, l’humi­lité et la sim­pli­cité de notre vie et notre témoi­gnage de la vérité, de la jus­tice et de l’amour.

Père Thomas THON

Lire la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales