jeudi
29 juin 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Ce diman­che nous célé­brons la fête de la Divine Miséricorde, ins­ti­tuée pour toute l’Eglise le 30 avril 2000, par le Bienheureux Jean-Paul II à l’occa­sion de la cano­ni­sa­tion de Sœur Faustine. Elle a été célé­brée pour la pre­mière fois le diman­che 22 avril 2001, puis, depuis, tous les ans, confor­mé­ment aux deman­des du Seigneur, le pre­mier diman­che après Pâques. Jésus disait à Sœur Faustine : « Ma fille, parle au monde entier de mon inconce­va­ble Miséricorde. Je désire que la Fête de la Miséricorde soit le recours et le refuge pour toutes les âmes, et sur­tout pour les pau­vres pécheurs. En ce jour, les entrailles de ma Miséricorde sont ouver­tes, je déverse tout un océan de grâces sur les âmes qui s’appro­che­ront de la source de ma Miséricorde ; toute âme qui se confes­sera (dans les huit jours qui pré­cè­dent ou sui­vent ce Dimanche de la Miséricorde) et com­mu­niera, rece­vra le pardon com­plet de ses fautes et la remise de leur peine ; en ce jour sont ouver­tes toutes les sour­ces divi­nes par les­quel­les s’écoulent les grâces ; qu’aucune âme n’ait peur de s’appro­cher de moi, même si ses péchés sont comme l’écarlate. [...] La Fête de la Miséricorde est issue de mes entrailles, je désire qu’elle soit fêtée solen­nel­le­ment le pre­mier diman­che après Pâques. Le genre humain ne trou­vera pas la paix tant qu’il ne se tour­nera pas vers la source de ma Miséricorde. » (Petit Journal, § 699). Le Père Michel Sopocko, direc­teur spi­ri­tuel de Sœur Faustine, com­men­tait ainsi : « La vertu de misé­ri­corde est un lien de fra­ter­nité entre les hommes, une mère vigi­lante qui sauve et console tous ceux qui souf­frent ; elle est une image de la Providence de Dieu, car elle tient les yeux grands ouverts aux besoins de chaque homme ; elle est sur­tout une image de la Miséricorde Divine, comme avait dit le Sauveur : “ Montrez-vous com­pa­tis­sants comme votre Père est com­pa­tis­sant ” » (Lc 6,36).

Père Gilles Rousselet

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales