mardi
28 mars 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Dans la société du temps de Jésus, la vie des veuves était mar­quée par la pré­ca­rité. Or Jésus ren­contre une veuve qui va porter en terre son fils unique. Elle est entou­rée d’une grande foule. Cette femme a donc perdu tout sou­tien. Malgré l’amitié de ceux qui l’entou­rent, elle est dans la soli­tude que sus­cite une telle épreuve. Dans ce récit, elle ne pro­nonce aucune parole. Souvent Jésus guérit ou ramène à la vie. Il s’appuie pour cela sur la confiance de l’entou­rage : « Ta foi t’a sauvé… Sois sans crainte, crois seu­le­ment... » Ce n’est pas le cas ici. Cette femme ne demande rien. Seule sa situa­tion a été pour Jésus un appel. Devant le mal­heur « le Seigneur fut saisi de com­pas­sion » et il rend la vie au jeune homme. Face au mal­heur, il donne la vie. Jésus lui-même ne va pas éviter la mort. Il pas­sera par elle pour entrer dans la Vie. Non pas retour à la vie ter­res­tre mais résur­rec­tion. Le retour à la vie du jeune homme est un geste pro­phé­ti­que qui figure le pas­sage à la vraie Vie des res­sus­ci­tés. Cette ren­contre peut nour­rir notre foi. Elle nous rap­pelle que la mort est un pas­sage et que Dieu « qui a visité son peuple » nous appelle à la vie. Elle nous appelle aussi, face au mal­heur, à cher­cher le geste ou la parole qui soit signe de résur­rec­tion.

Père Christophe MARTIN

Lire la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales