lundi
26 juin 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

L’argent est un bien néces­saire dont le manque peut être, pour des indi­vi­dus, des famil­les ou des com­mu­nau­tés entiè­res, une vraie source de souf­france, un vrai défi quo­ti­dien. Mais la pos­ses­sion de l’argent et des biens maté­riels peut aussi cons­ti­tuer pour bien d’autres per­son­nes un réel danger pour leur vie spi­ri­tuelle. Dans la para­bole de l’inten­dant mal­hon­nête, Jésus nous ensei­gne quel usage le chré­tien doit faire de l’argent. S’il loue ce fonc­tion­naire astu­cieux, ce n’est pas pour nous pro­po­ser en modèle sa déloyauté, mais plutôt son ingé­nio­sité, sa capa­cité à se faire des amis avec l’argent mal­hon­nête. Jésus déplore le fait que les fils de la lumière ne soient pas aussi habi­les dans les affai­res du Royaume. Il nous invite donc à être inven­tifs et dégour­dis dans nos maniè­res d’incar­ner l’Évangile. Dans ce sens, l’argent peut être un bon Moyen pour se faire des amis en vue du Royaume. « Faites-vous des amis avec l’argent mal­hon­nête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeu­res éternelles ». Les riches­ses de ce monde ne sau­raient être le but de notre vie. L’argent n’est pas le bien véri­ta­ble. C’est jus­te­ment là où se situe le danger de l’argent : quand il devient un Maître et un But en soi, il asser­vit l’homme et lui fait croire qu’à force de le pos­sé­der il peut garan­tir son bon­heur ; il sclé­rose son cœur et finit par le rendre indif­fé­rent à la misère de ses frères autour de lui. Dieu est notre idéal et tout le reste peut être mis au ser­vice de cet idéal, notam­ment les riches­ses maté­riel­les. Que le Saint-Esprit nous donne le dis­cer­ne­ment néces­saire dans l’usage des biens de ce monde. Bon diman­che et bonne semaine de tra­vail et de prière.

Père Thomas THON

Lire la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales