mardi
25 avril 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Il ne suffit pas de prier, il faut pou­voir per­sé­vé­rer dans la prière. Dans la para­bole de la veuve impor­tune et du juge inique, Jésus nous pro­pose le modèle de téna­cité, d’insis­tance, de déter­mi­na­tion patiente, de per­sé­vé­rance de cette veuve que rien ne peut rete­nir tant qu’elle n’a pas obtenu ce qu’elle veut : jus­tice. C’est cette même per­sé­vé­rance que Jésus attend de nous dans la prière. Il nous assure que Dieu nous écoute. La qua­lité du vrai priant est de durer dans la prière. Jésus ne nous rap­pelle pas seu­le­ment l’impor­tance de la prière dans notre vie de chré­tien, mais aussi la néces­sité de la prière per­sé­vé­rante. Bien sou­vent, il nous faut sup­plier pen­dant des jours, des semai­nes, voire des années, avant que le Seigneur n’exauce notre prière. Au fond, la prière per­sé­vé­rante nous donne la pos­si­bi­lité de gran­dir dans la confiance en Dieu et de nous enra­ci­ner soli­de­ment dans la foi. La foi est en vérité l’âme de la prière. Et la prière per­sé­vé­rante mesure la qua­lité de notre foi. « Si la foi s’éteint, la prière s’éteint » obser­vait le pape François lors de l’Angélus du 20 octo­bre 2013. « Une prière per­sé­vé­rante, pour­suit-il, est l’expres­sion de la foi en un Dieu qui nous appelle à com­bat­tre avec Lui, chaque jour, à chaque ins­tant, pour vain­cre le mal par le bien ». Mais sau­rons-nous per­sé­vé­rer dans la foi ? « Le Fils de l’Homme, quand il revien­dra, trou­vera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18,8). Bon diman­che et bonne semaine de tra­vail et de prière.

Père Thomas THON

Lire la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales