samedi
18 novembre 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

« Wesh ! c’est trop dar… » parole de jeunes, dans une langue par­ti­cu­lière qui a sa « gram­maire » et sa syn­taxe !? Langue d’une géné­ra­tion ! Et à chaque géné­ra­tion sa langue. Les adul­tes, pour ne pas dire les aca­dé­mi­ciens, se font un sang d’encre, et les clercs pei­nent à com­pren­dre. Mais si tôt qu’ils par­ta­gent la vie de ces jeunes, ces mots, voire ces « gros-mots », tra­his­sent sim­ple­ment quel­ques élans d’un cœur pas encore bien mai­trisé. La grâce de la Pentecôte en l’an 33 de notre ère, a été pour quel­ques pêcheurs du lac de Galilée de se faire com­pren­dre dans toutes les lan­gues des nom­breux pèle­rins alors pré­sents à Jérusalem. Ces der­niers cher­chaient Dieu, les mots des apô­tres ont touché leurs cœurs. Pour les détails tech­ni­ques de la « tra­duc­tion », il faut s’en remet­tre à l’Esprit Saint. Et si nous fai­sions de même avec les jeunes : beau­coup de cœur, et de foi en l’Esprit-Saint ?

Père Bruno Guespereau

Lire la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales