lundi
20 novembre 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

La tra­di­tion consi­gnée dans le Deutéronome exprime avec force la foi d’Israël en un Dieu unique, une convic­tion qui n’était pas lar­ge­ment par­ta­gée par les peu­ples du Proche-Orient ancien : « Le Seigneur est Dieu, là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre, et il n’y en a pas d’autre. » Elle rap­pelle également que le Seigneur, le Très-Haut, s’est rendu proche des hommes en choi­sis­sant un peuple, en fai­sant alliance avec lui et en inter­ve­nant pour le sauver. Cette foi en un Dieu unique, ami des hommes, est aussi celle des chré­tiens. Le Credo élaboré par les conci­les de Nicée et de Constantinople com­mence par ces mots : « Je crois en un seul Dieu... »

Sans renier le moins du monde cet arti­cle fon­da­men­tal de la foi d’Israël, la révé­la­tion du Christ, s’appuyant sur ce que le Premier Testament disait de la Parole de Dieu et de son Souffle, apporte une nou­veauté consi­dé­ra­ble avec l’affir­ma­tion du mys­tère tri­ni­taire. En raison de l’appa­ri­tion d’un cer­tain nombre d’erreurs, les conci­les des pre­miers siè­cles s’effor­cè­rent d’expri­mer de manière irré­pro­cha­ble la foi de l’Eglise. Si leurs for­mu­les por­tent la marque des rudes débats de l’époque, elles se fon­dent évidemment sur les gran­des affir­ma­tions du Nouveau Testament.

La litur­gie de ce diman­che nous en four­nit un exem­ple signi­fi­ca­tif avec le bref pas­sage de la lettre de Paul aux Romains retenu dans la deuxième lec­ture : « L’Esprit fait de vous des fils… des enfants et des héri­tiers de Dieu avec le Christ. » L’Apôtre nous rap­pelle avec raison la part que nous avons à la vie de Dieu et les liens qui nous unis­sent inti­me­ment aux trois per­son­nes de la Trinité.

Puissions-nous nous en sou­ve­nir chaque fois que nous nous signons « au nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit » !

Père Gérard Chantereau

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales