mercredi
18 octobre 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Le temps pascal avance à grand pas et, pour en appro­fon­dir le mys­tère, il nous est donné, en ce qua­trième diman­che de Pâques, la figure du bon Pasteur qui connaît ses brebis. Cette image n’est pas seu­le­ment buco­li­que et douce, elle est à regar­der dans la lumière du Christ mort et res­sus­cité. Ainsi rap­pe­lons-nous que ce bon berger a conduit son petit trou­peau à Gethsémani et l’a défendu contre les mer­ce­nai­res… seul lui a été arrêté ! C’est donc dans un jardin qu’il fut arrêté et dans un autre, res­sus­cité. Entre ces deux jar­dins, ces deux pâtu­res, se dresse la figure d’une femme ! …et une parole dite avec toute l’auto­rité du bon Pasteur : « Voici ta mère » ! C’est le mois de Marie. Comment oublier celle qui par son espé­rance nous fait tra­ver­ser les heures som­bres. Au pied de la croix, se tient “le dis­ci­ple que Jésus aimait”, saint Jean, l’apôtre vierge, l’image du Christ lui-même, celui qui tient parce qu’il se sait aimé. Par ce dis­ci­ple, figure du prêtre, le Christ grand-prêtre conti­nue d’être pré­sent d’abord à tra­vers l’Eucharistie mais aussi par tous les sacre­ments de l’Eglise et tant d’autres sacra­men­taux. La Vierge Marie est la mère de cette Eglise, le trésor des prê­tres qui sont invi­tés à pren­dre chez eux leur Mère, et à l’aimer comme leur mère, pour trans­met­tre cet amour filial à toutes les âmes. Prions donc : « Avocate et Médiatrice de la grâce, (…) demande à Dieu, pour nos prê­tres, un cœur com­plè­te­ment renou­velé, qui aime Dieu de toutes ses forces et serve l’huma­nité comme toi-même tu l’as fait. »*

Père Bruno GUESPEREAU

*D’après l’acte de consé­cra­tion du Pape Benoit XVI au Cœur Immaculée de Marie – Fatima, le 12 mai 2010

Lire la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales