mercredi
23 août 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Le don de crainte filiale : la crainte n’est pas syno­nyme de peur ni de « trouille ». Elle dési­gne le res­pect, l’ado­ra­tion du croyant devant l’infi­nie gran­deur de Dieu. L’Esprit Saint, par le don de crainte, nous déli­vre de toute angoisse et nous apporte la paix, en même temps qu’il nous ins­pire une pro­fonde aver­sion du péché. Le don de piété filiale : « Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son fils qui crie : Abba, Père ! » (Galates 4, 6). Par ce don, l’Esprit Saint nous révèle avec beau­coup de dou­ceur à quel point Dieu est Notre Père et com­bien nous sommes tous frères. Le don de force : Il nous permet de per­sé­vé­rer dans les peti­tes choses du quo­ti­dien, de sou­rire même quand tout va mal, de garder le silence lors­que nous avons envie de cri­ti­quer ou d’explo­ser de colère. Le don de force sou­tient notre marche par tous les temps. Le don de conseil : Par ce don, l’Esprit Saint nous ensei­gne ce que nous devons faire pour accom­plir la volonté de Dieu. Il nous rend apte à pren­dre des déci­sions et à dis­cer­ner quels moyens concrets seront les meilleurs pour rem­plir notre mis­sion. Le don d’intel­li­gence : Il s’agit de l’intel­li­gence spi­ri­tuelle qui nous fait connaî­tre, « voir », sentir, même impar­fai­te­ment, ce que nous croyons. Le don d’intel­li­gence vient par­faire la vertu de foi et fait de nous des cher­cheurs de Vérité. Le don de science : il nous aide à dis­cer­ner, dans les réa­li­tés qui pas­sent, ce qui est l’essen­tiel. Le don de sagesse : don par excel­lence, il nous apprend à aimer Dieu, et « guide nos actes avec pru­dence ». (Sg 9,11) Viens en nous Esprit-Saint, Esprit aux sept dons. Amen !

Père Thomas THON

Lire la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales