mercredi
18 octobre 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

A l’occa­sion de la ren­trée pas­to­rale, le 24 sep­tem­bre der­nier, Madame de Mautort, direc­trice adjointe du Service natio­nal Famille et société de la Conférence des évêques de France, nous pré­sen­tait l’exhor­ta­tion post-syno­dale, Amoris lae­ti­tia. A l’issue de cette inter­ven­tion, des grou­pes de lec­ture s’étaient cons­ti­tués. Samedi der­nier, Madame de Mautort avait accepté de reve­nir pour pour­sui­vre la démar­che syno­dale entre­prise dans notre paroisse, répon­dre aux ques­tions et tenter de nous donner des éclaircissements à partir des réflexions des dif­fé­rents grou­pes. Elle nous a rap­pelé notam­ment les quatre prin­ci­pes d’action chers au Pape François et qu’il avait déjà déve­lop­pés dans Evangelii Gaudium, à savoir : Le temps est supé­rieur à l’espace. L’unité pré­vaut sur le conflit. La réa­lité est plus impor­tante que l’idée. Le tout est supé­rieur à la partie. Pour chacun d’eux, il ne s’agit pas d’une oppo­si­tion terme à terme mais d’une pola­ri­sa­tion. A chacun de dis­cer­ner où mettre le cur­seur. Fort de ces éléments, il ne fau­drait pas se dire que l’année pas­to­rale se ter­mi­nant, le sujet est clos et que nous pou­vons passer à autre chose. La démar­che syno­dale enta­mée doit se pour­sui­vre, si ce n’est à l’échelle de l’Eglise uni­ver­selle, au moins à celle de la paroisse ou du doyenné, notam­ment sur les sujets sui­vants : la sacra­men­ta­lité du mariage, l’accom­pa­gne­ment des cou­ples, la prise en compte des situa­tions com­plexes… Si par­fois nous sou­hai­te­rions des répon­ses clai­res, voire toutes faites, au risque d’être pla­quées, la réa­lité est tou­jours plus com­plexe dans la mesure où elle touche l’huma­nité dans sa diver­sité et ses fra­gi­li­tés. Dieu n’aban­donne per­sonne, la grâce de Dieu conti­nue d’agir dans le cœur de tous.

Père Stanislas LEMERLE

Lire la der­nière feuille d’infor­ma­tion parois­siale

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales