lundi
27 février 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Plonger dans la foi est une véri­ta­ble aven­ture. En cette période de ren­trée, c’est une bonne chose d’en pren­dre cons­cience.

Le 11 octo­bre pro­chain, à l’occa­sion du cin­quan­te­naire de l’ouver­ture du Concile Vatican II, l’Année de la Foi sera inau­gu­rée à Rome.

L’Evangile de ce diman­che nous lance bien dans cette aven­ture. Jésus est à un tour­nant de sa vie publi­que. Après son minis­tère en Galilée, il va pren­dre la route de Jérusalem et, dans un lieu précis, près des sour­ces du Jourdain, dans la ville fondée par Philippe, l’un des fils d’Hérode le Grand, en l’hon­neur de l’empe­reur Auguste, à Césarée-de-Philippe, il révèle « les pen­sées de Dieu ». Et les pen­sées de Dieu ne sont pas celles des hommes ! L’aven­ture de la foi est d’abord un combat.

En écoutant les vifs repro­ches de Pierre à Jésus qui annonce sa Passion, on pense à l’adver­saire qui sug­gère à Jésus, au désert, de séduire les foules, par l’avoir, le savoir et le pou­voir. Et Jésus résiste. Il réa­li­sera les pen­sées de Dieu. Il sera un Messie pauvre, humble, ser­vi­teur.

« Le Christ Jésus, ayant la condi­tion de Dieu, ne retint pas jalou­se­ment le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, pre­nant la condi­tion de ser­vi­teur. » (Ph 2, 6-7).

Scandale pour les juifs, folie pour les païens, ce projet de Dieu est pro­posé à notre libre choix.

Perdre sa vie pour Jésus et pour l’Evangile est un choix dif­fi­cile, mais, nous le savons bien, ce choix conduit à la vie. « Seigneur, tu deman­des à ton Eglise d’être le lieu où l’Evangile est annoncé en contra­dic­tion avec l’esprit du monde. Donne à tes enfants assez de foi pour ne pas déser­ter mais témoi­gner de toi devant les hommes en pre­nant appui sur ta parole. »

Bonne année de la foi !

René-Jacques Traonouïl

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales