jeudi
20 juillet 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Notre Eglise est bien vivante ! Considérez cette semaine : diman­che der­nier, 7 octo­bre, ouver­ture du Synode sur la « Nouvelle Evangélisation » ; jeudi 11 : 50è anni­ver­saire de l’ouver­ture du Concile Vatican II par le Bienheureux Jean XXIII, et ouver­ture de l’année de la Foi voulue par Benoît XVI ; ce diman­che, ouver­ture de la semaine mis­sion­naire mon­diale, sur le thème des JMJ de Rio : « Allez, de toutes les nations faites des dis­ci­ples ».

Le décret conci­liaire sur l’acti­vité mis­sion­naire de l’Eglise n’a pas pris une ride : pour­quoi ne pas le relire (ou le lire !) en ces jours ? On lit, au para­gra­phe 7 du décret « Ad gentes » : « Bien que Dieu puisse, par des voies connues de Lui, amener à la foi « sans laquelle il est impos­si­ble de plaire à Dieu » (Heb.11,6) des hommes qui, sans faute de leur part, igno­rent l’Evangile, la néces­sité incombe cepen­dant à l’Eglise (1Co9,16) – et en même temps elle en a le droit sacré – d’évangéliser, et par consé­quent son acti­vité mis­sion­naire garde dans leur inté­grité, aujourd’hui comme tou­jours, sa force et sa néces­sité. »

Le thème de la semaine mis­sion­naire mon­diale est illus­tré d’une bien belle façon dans notre église grâce au talent des « Marthes » qui ont repro­duit une œuvre d’Arcabas évoquant les dis­ci­ples d’Emmaüs. Pour bien com­pren­dre ce tableau, il est utile de lire le com­men­taire placé au-des­sous du pan­neau ; merci aux « Marthes » qui ont passé de lon­gues heures de tra­vail !... Cette Œuvre nous rap­pelle que le sens mis­sion­naire nait de la contem­pla­tion du Christ, ici dans sa pré­sence eucha­ris­ti­que : tous les plus grands auteurs spi­ri­tuels sont una­ni­mes sur ce point.

Le Synode sur la « Nouvelle Evangélisation » tenait à cœur au Pape Benoît XVI ; il se situe dans le droit fil du Concile, et de l’exhor­ta­tion apos­to­li­que de Paul VI « Evangelii nun­tiandi » (1975), il y a 37 ans ! Cette exhor­ta­tion garde aujourd’hui toute sa force ; elle fai­sait suite au 3è Synode des Evêques qui était déjà consa­cré à l’évangélisation du monde actuel. Paul VI rap­pe­lait que l’évangélisation n’est pas faculta­tive pour l’Eglise, mais qu’elle cons­ti­tue sa mis­sion même. Quant au Bienheureux Jean-Paul II, c’est lui qui a employé l’expres­sion de « nou­velle évangélisation », en 1979, lors de son pre­mier voyage en Pologne, à Nowa Huta. Il fai­sait pren­dre cons­cience que l’œuvre mis­sion­naire n’est pas à sens unique mais qu’elle repose sur un échange réci­pro­que : la pau­vreté d’une Eglise qui reçoit, enri­chit l’Eglise qui se prive en don­nant. On com­prend alors l’inten­tion de prière pro­po­sée par le Pape Benoît XVI pour ce mois d’octo­bre : « pour le déve­lop­pe­ment et le pro­grès de la nou­velle évangélisation dans les pays d’ancienne tra­di­tion chré­tienne ».

Longtemps, les pays du Nord ont évangélisé ceux du Sud, mais de plus en plus, dans nos pays de vieilles chré­tien­tés, l’Eglise est mino­ri­taire dans un monde de plus en plus sécu­la­risé, et ce sont des chré­tien­tés bien plus récen­tes mais dyna­mi­ques qui vien­nent redon­ner souf­fle à des Eglises ancien­nes. Pourtant, il ne s’agit pas de ré-évangéliser, « il s’agit d’une « nou­velle évangélisation », nou­velle par son ardeur, par ses métho­des, dans son expres­sion » (« Instrumentum labo­ris » pour la 13è assem­blée géné­rale ordi­naire du Synode des Evêques) : « L’Europe ne doit pas pure­ment et sim­ple­ment en appe­ler aujourd’hui à son héri­tage chré­tien anté­rieur ; il lui faut trou­ver la capa­cité de déci­der à nou­veau de son avenir dans la ren­contre avec la per­sonne et le mes­sage de Jésus-Christ. » (Paragraphe 45).

Père André

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales