dimanche
26 février 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Les lec­tu­res de ce diman­che nous invi­tent à médi­ter sur le sens de la voca­tion de tout bap­tisé. La pre­mière lec­ture nous fait part de la mis­sion pro­phé­ti­que confiée à Isaïe, l’Evangile nous raconte com­ment les pre­miers Apôtres ont été appe­lés par Jésus et com­ment ils l’ont suivi. Quant à la cor­res­pon­dance de Paul aux Corinthiens, elle déve­loppe ce que doit être la mis­sion des Apôtres.

L’Eglise d’aujourd’hui comme de tou­jours pour­suit ce que Jésus a com­mencé de faire un jour en Galilée. C’est de la barque de Simon-Pierre que le Seigneur parle et ensei­gne. Lorsque Jésus demande à Simon d’aller au large, d’y jeter les filets, c’est à nous qu’il le demande. La barque de Simon, c’est l’Eglise ; sa mis­sion consiste à jeter les filets malgré les dif­fi­cultés, voire les décou­ra­ge­ments, afin de tirer l’huma­nité sou­vent aux prises avec le non-sens, le déses­poir, la vio­lence, l’injus­tice, l’auto­des­truc­tion… vers son salut en Jésus. La Parole de Dieu est une invi­ta­tion à la confiance… L’Esprit jette les filets, et nous le secondons.

Il s’agit bien de confiance à chaque appel puis­que le Seigneur appelle au-delà de nos fai­bles­ses ou de la per­cep­tion de notre indi­gnité face à la sain­teté de Dieu. Isaïe, Simon-Pierre, Paul ont, à la fois, pris cons­cience de leur pau­vreté et se sont com­por­tés en vérité devant le Seigneur. Le Seigneur les a alors com­blés : « sois sans crainte... ». Ils peu­vent ainsi accueillir la mis­sion de salut des hommes en Dieu.

Les expé­rien­ces d’Isaïe, Pierre, Paul, rejoi­gnent aussi les nôtres. Le Seigneur s’adresse à chacun de nous de manière com­plè­te­ment dif­fé­rente, selon notre capa­cité à ouvrir notre cœur à sa Parole dans la sim­pli­cité, la confiance, la prière… Nos ren­contres avec le Christ sont toutes dif­fé­ren­tes les unes des autres, et certes, rare­ment spec­ta­cu­lai­res comme pour Isaïe, Pierre et Paul… mais plutôt dis­crè­tes. C’est à chacun d’être atten­tif aux signes que nous confie l’Esprit-Saint pour nous atta­cher à la Parole d’un appel du Seigneur et d’y répon­dre en vérité de tout notre être, de tout notre cœur, en le priant de « nous accor­der de vivre tel­le­ment unis dans le Christ que nous por­tions du fruit pour le salut du monde. » (Prière après la Communion).

Jean Amouriaux, diacre per­ma­nent

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales