mardi
17 janvier 2017
  Accueil du site > Editos > Edito
 
Enregistrer au format PDF
Edito

Aujourd’hui la litur­gie nous invite à suivre Jésus sur la mon­ta­gne, lieu tra­di­tion­nel de la Révélation : Il va dévoi­ler à trois Apôtres, dans une per­cep­tion fugi­tive, la gloire de sa divi­nité : moment unique dans l’exis­tence ter­res­tre de Jésus.

Pour Pierre, Jacques et Jean, se réa­lise le grand désir de tout croyant : se ras­sa­sier de la ren­contre de Dieu, ce Dieu ici donné dans la pré­sence de Jésus trans­fi­guré. Enfin le Messie se mani­feste avec éclat, enfin Dieu appa­raît rayon­nant de sa gloire… Enfin il est facile de croire, sa lumière est éblouissante ! Etablissons ici notre demeure, dres­sons trois tentes, ins­tal­lons-nous !

Tel est le rêve de Simon-Pierre devant cette vision… Tel est aussi par­fois, et même sou­vent, notre rêve : faire de Dieu une expé­rience tan­gi­ble, que l’on puisse pro­lon­ger. Mais le rêve de Pierre, qui peut aussi deve­nir le nôtre, n’est qu’un rêve : oui, le Transfiguré est bien le Fils de Dieu, mais Il nous est donné, non dans l’évidence de la gloire, mais dans l’obs­cu­rité d’une nuée, dans l’obs­cu­rité de la foi, cette obs­cu­rité qui peut deve­nir une nuit abso­lue : pen­sons à Mère Térésa qui connut 50 années de nuit de la foi ! « La foi donne Dieu Lui-même dans la nuit obs­cure » dit St Jean de la Croix.

« Ils ne virent plus que Lui, Jésus seul » : tout a repris une appa­rence nor­male ; Moïse et Elie ont dis­paru, reste le Prophète de Nazareth qui va prê­cher la béa­ti­tude des pau­vres, par­ta­ger la table des exclus, se mettre à la recher­che de ceux qui sont perdus. Oui, Pierre n’avait vrai­ment rien com­pris ! Il vou­lait dres­ser une tente pour Jésus et ses hôtes au pays de la gloire, alors que c’est Dieu Lui-même qui vient plan­ter sa tente parmi nous, là où vivent, souf­frent, aiment et meu­rent les hommes : Dieu est venu, Il est devenu l’un d’entre nous, « et Il a habité parmi nous » (Jn 1,14).

Père André Lacau

Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales