vendredi
24 février 2017
  Accueil du site > Vivre sa Foi > Vocations
 
Enregistrer au format PDF
Vocations

« Dieu a un projet pour toi. Il aime tous les hommes et toi en particulier. Veux-tu suivre Jésus et t’engager à l’aimer comme il t’aime là où il t’attend ? Veux-tu aimer et faire croître cet amour auprès des hommes, de tout homme, pour un monde plus fraternel, plus juste, rempli de paix et de joie ? Cela…le veux-tu ? »

Ordination Emmanuel Angers 2012
JPEG - 154.4 ko
Ordinations de Romain, Bernard et Olivier, eudistes
JPEG - 180.9 ko
Ordination presbytérale de Bernard

Seras-tu ?

PRÊTRE, Serviteur de la com­mu­nauté ? MOINE, MONIALE, Serviteur de la prière au cœur du monde ? RELIGIEUX (SE), Témoin de Dieu parmi les hommes ? PÈRE, MÈRE, Engagé dans la cons­truc­tion de la famille ? DIACRE, Serviteur de la cha­rité ?

Le dio­cèse de Paris et ceux de l’Ile de France te pro­pose leur aide. Ils sont pré­sents afin que tu ne sois pas seul, que tu puis­ses poser tes ques­tions et gran­dir avec ce que Dieu veut pour toi : mavo­ca­tion.org Et sur notre paroisse, tous les prê­tres , les reli­gieu­ses, Jean Amouriaux (diacre), nos sémi­na­ris­tes sont à ta dis­po­si­tion. N’hésite pas à les ren­contrer. Ils te diront qu’ils sont heu­reux !
Ça vaut le coup de dire OUI !

Témoignage du Père Bernard Héraut, alors séminariste, au travers des questions des jeunes de l’aumônerie ...
  • Quel âge as-tu ?
    j’ai 41 ans.
  • Qu’est-ce qui t’a attiré autant dans la religion pour que tu aies envie de devenir prêtre ?
    Pouvoir partager la Bible avec les autres.
  • As-tu toujours voulu être prêtre ?
    Non, j’ai été conducteur de train. Ce métier me passionnait.
  • A quel âge as-tu ressenti le 1er appel ? As-tu répondu tout de suite ?
    A 12 ans, j’ai fait un voyage à Lourdes, lieu qui compte beaucoup pour moi. J’ai découvert l’Eglise dans sa diversité, l’accompagnement des malades. Plus tard, j’ai fait l’expérience personnellement en accompagnant une malade, ce qui a été la source d’une grande joie.
  • Comment tes parents ont-ils réagi à l’annonce de ta décision ?
    Ils ont été étonnés, ils ne comprenaient pas, même s’ils sont catholiques pratiquants. Pourquoi voulais-je changer de vie à 37 ans, moi qui avais un métier que j’aimais ? Mais ils m’ont fait confiance ; il a été nécessaire que je les accompagne pour qu’ils acceptent pleinement ma décision. Souvent les parents ont une réaction négative à l’annonce le la vocation de leur enfant car cela signifie qu’ils n’auront pas de petits-enfants.
  • Penses-tu que le parcours va être difficile ?
    Oui car les études sont longues (6 ans) et à mon âge les capacités ne sont plus les mêmes qu’à 20 ans, mais j’aime ce que je fais.
  • Comment ont réagi tes frère et soeurs ?
    Ils n’ont pas eu de réaction particulière. Ils ne comprennent pas vraiment ce qu’est la prêtrise.
  • Tes collègues de travail ?
    Tous, sauf un, ont très bien accepté mon choix. Ils étaient intéressés par ma joie de vivre et content que je vive en accord avec ce en quoi je crois.
    Regrettes-tu ton travail ?
    Oui, mais il y a forcément des renoncements quand on décide d’être prêtre.
  • As-tu confiance en Dieu ?
    Oui. Certains jours, j’ai des moments de doute, je crains de ne pas ressentir sa présence. J’essaie de lui être fidèle. Il nous dit tellement dans la Bible sa fidélité envers son peuple.
  • As-tu eu envie d’être moine ?
    Non.
  • Depuis combien de temps es-tu séminariste ?
    4 ans. Au bout de 3 ans, il y a l’admission qui est l’accueil officiel par l’évêque du « candidat » à la prêtrise ; la 4e année est marquée par le Lectorat et l’Accolytat qui nous ouvrent le service de la Parole et de la table ; en 5e année, le séminariste est ordonné Diacre et en 6e année, il reçoit l’ordination presbytérale.
  • Quand tu seras ordonné prêtre, sais-tu dans quelle paroisse tu iras ?
    Non, absolument pas. J’aimerais me mettre au service des malades ou des prisonniers et bien sûr aider à ranimer la foi des chrétiens. Depuis mon entrée au séminaire, j’ai pris conscience du sens de mon baptême !
  • Comment as-tu pris la décision d’entrer au séminaire ?
    Un prêtre m’a aidé à voir clair en moi.
    Aurais-tu voulu avoir une femme et fonder une famille ?
    Oui, je rêvais d’une maison à la campagne avec un grand jardin où j’aurais regardé mes enfants jouer.
  • Arrêterais-tu d’être prêtre pour fonder une famille ?
    Non, car mon choix est fait mais oui avant d’entrer au séminaire.
    Pries-tu et quand ?
    Tous les jours, individuellement et en commun. J’aime ce cœur à cœur avec Jésus et en commun avec les autres chrétiens grâce au livre de la liturgie des heures.
  • Pourquoi as-tu choisi la communauté eudiste ?
    Il y avait une paroisse eudiste, là où je vivais, et la façon de vivre des prêtres m’a intéressé.
  • Et le mal, qu’en penses-tu ?
    Je travaille actuellement sur le péché. Il n’y pas de réponse concernant le mal. La seule attitude que nous pouvons adopter est d’être à côté de celui qui souffre.
  • Penses-tu que ta vie sera difficile quand tu sera prêtre ?
    Oui d’un point de vue emploi du temps car il est frustrant de ne pas pouvoir répondre à tous. Mais je suis enthousiaste à l’idée de faire connaître la Bible.

La commission pastorale des vocations de la paroisse cherche comment développer une véritable culture de l’appel, pour que chacun découvre la joie de répondre aux invitations du Seigneur à le servir.

La vie apos­to­li­que des sœurs de la paroisse

Pour en savoir plus sur :
Découverte de notre église
Si, jusqu’en 1932 le territoire de notre paroisse fut rattaché à Notre-Dame de Bercy, l’urbanisation de notre quartier depuis 1860 nécessita rapidement la construction d’un nouveau lieu de culte. Un terrain fut acheté en 1927 par l’Archevêché – le Cardinal DUBOIS à l’époque, et son auxiliaire Mgr CREPIN - entre l’avenue Daumesnil et la rue Claude Decaen. La crypte de notre église fut inaugurée dès l’Ascension 1929. Elle fonctionna en chapelle de secours en attendant que l’église supérieure s’édifie. Par manque de subsides les travaux n’avancèrent que lentement. A la mort du Cardinal DUBOIS fin 1929, celui-ci fut remplacé par Mgr VERDIER, qui lança ses fameux CHANTIERS DU CARDINAL en 1932, et reprit la suite de la construction (...)
Plan du site |  Mentions légales