Se rencontrer

Mille raisons de venir à la paroisse ! Chacune des activités de la paroisse est un lieu où rencontrer d’autres personnes chrétiennes ou non. Nous avons la conviction que le Christ fait notre unité. Avec Lui, nous désirons vous accueillir chacun avec vos talents, et vos attentes.

Accueil paroissial

Entrez par le fond de l’église, ou le 1 rue Cannebière

(semaine) 9h30-12h et 15h-19h

(samedi) 9h30-12h et 16h-18h

Ces horaires changent en période de congés scolaires.

Equipe pastorale – Accueil et confessions

(semaine) 17h – 19h.

(Samedi dans l’église) 16h – 18h

En savoir plus

A votre service !

  • Informations,
  • conseils,
  • intentions messe,
  • RDV vestiaires,
  • etc…

NB : Il existe une équipe distincte avec des conseillers pour des questions administratives

Contact : Jean-Luc LAROCHE JOUBERT 

Adresses et contact

Eglise: 186 Avenue Daumesnil, 75012 Paris (Entrée de l’église)

Salles paroissiales: 1 rue Cannebière

Maison paroissiale – 8 rue de la Durance (2è)

La Camillienne – 12 rue des Meuniers (12è) 01 43 07 55 61

Téléphone: 01 44 75 77 50

En savoir plus

Orgue

Les audi­tions d’orgue domi­ni­ca­les sont orga­ni­sées, de sep­tem­bre à juin, par Hampus Lindwall, orga­niste titu­laire des orgues de l’église du Saint-Esprit, aux­quel­les il invite de jeunes orga­nis­tes de talent : «La cons­truc­tion de l’église du Saint-Esprit s’ins­cri­vit dans le cadre des chan­tiers menés par le car­di­nal Verdier au cours des années 1930.
L’orga­niste
Jeanne Demessieux y exerça ses dons excep­tion­nels dès 1933, pen­dant trente ans. Dès ma nomi­na­tion en 2005, il m’a semblé impor­tant de pré­ser­ver la tra­di­tion musi­cale du lieu. L’idée d’une audi­tion domi­ni­cale s’impo­sait. La paroisse est donc heu­reuse de vous pro­po­ser chaque diman­che un réci­tal à 18h00, en guise de pré­lude à la messe de 19h.» Hampus Lindwall, orga­niste titu­laire

(Samedi) 18h
En savoir plus

L’orgue de l’église du St Esprit

Construit en 1934 par Gloton-Debierre d’après un plan de Albert Alain, cet orgue fut inau­guré par Jehan Alain en décem­bre 1934.

Le projet de grand orgue : en 1933, Albert Alain, père de l’interprète Marie-Claire Alain et du compositeur Jehan Alain, avait prévu la construction de deux orgues : un grand orgue situé au-dessus du portail de l’église et un orgue d’accompagnement – l’orgue actuel – situé au-dessus du déambulatoire ouest. Faute de crédits, seul le petit orgue fut réalisé. La question du grand orgue a de nouveau été soulevée en 1968. Aujourd’hui encore, le projet ne manque pas de susciter l’intérêt de tous. La paroisse travaille avec foi à ce projet.

I. Grand orgue (56 notes, Ut à Sol) :
Bourdon 16’ – Montre 8’ – Flûte Harmonique 8’ – Bourdon 8’ – Prestant 4’

II. Récit (56 notes, Ut à Sol) :
Cor de nuit 8’ – Gambe 8’ – Voix céleste 8’ – Octave 4’ – Nasard 2 2/3’ – Plein Jeu 3 R – Bombarde 16’ – Trompette 8’ – Clairon 4’

Pédale (Par emprunt du G.O) 
(30 notes, Ut à Fa) :
 Soubasse 16’ – Basse 8’ – Tirasses : I et II – Accouplements : II/I (16’ et 8’) – Expression : II – Appel et renvoi des anches

A l’occa­sion d’un rele­vage géné­ral en 1968, le plein jeu du récit fut trans­féré au grand-orgue et rem­placé par une cym­bale. C’est en 1985 que de nom­breux tra­vaux furent effec­tués, avec un léger réa­mé­na­ge­ment des plans sono­res, réa­li­sés par le fac­teur d’orgues Jean-Marc Cicchero. Sa com­po­si­tion actuelle, inchan­gée depuis, est de 16 jeux réels et un emprunt.

I. Grand orgue (56 notes, Ut à Sol) :

Montre 8’ – Bourdon 8’ – Prestant 4’ – Plein jeu 4 rangs – Cornet 3 R (1985) à la place de la flûte har­mo­ni­que sup­pri­mée

II. Récit (56 notes, Ut à Sol) : Cor de nuit 8’ – Gambe 8’ – Voix céleste 8’ – Octave 4’ – Doublette 2’ (1984) à la place du nazard réu­ti­lisé dans le cornet du G.O. Cymbale 3 rangs (1968) – Bombarde 16’ – Trompette 8’ – Clairon 4’

Pédale (30 notes, Ut à Fa) : Soubasse 16’ – Basse 8’ (Par emprunt du Bourdon du G.O) – Flûte 4’ (1985) Tirasses : I et II Accouplements : II/I (16’ et 8’) Expression : II Appel et renvoi des anches

Scrabble

Un bon moyen d’entraîner sa mémoire et d’enrichir son vocabulaire !

Nous nous réu­nis­sons le pre­mier et le troi­sième ven­dredi de chaque mois au 78 rue Claude Decaen. Nous jouons en simple et en dupli­cate.

14h15 (vendredi)

En savoir plus

Concerts

Pour orga­ni­ser un concert dans l’église, merci de contac­ter par mail ou télé­phone (01 44 75 77 50) l’Accueil de la Paroisse.

Les concerts et leur pro­gramme sont annon­cés dans notre agenda (voir ci-des­sous) sous réserve d’annu­la­tion ou de modi­fi­ca­tion de der­nière minute. Nous vous atten­dons nom­breux pour venir applau­dir ces artis­tes.

En savoir plus
Un comité : « Organisation des concerts dans l’église », est composé de 5 membres qui prennent en charge les différentes phases de l’organisation d’un concert (réservation de l’église, accueil des musiciens, rangements).

Voici d’autres églises réalisées par Paul Tournon : Sainte-Thérèse à Elisabethville (78) et Notre Dame des Missions à Épinay-sur-Seine (93).

Les audi­tions d’orgue domi­ni­ca­les sont orga­ni­sées, de sep­tem­bre à juin, par Hampus Lindwall, orga­niste titu­laire des orgues de l’église du Saint-Esprit, aux­quel­les il invite de jeunes orga­nis­tes de talent : « La cons­truc­tion de l’église du Saint-Esprit s’ins­cri­vit dans le cadre des chan­tiers menés par le car­di­nal Verdier au cours des années 1930. L’orga­niste Jeanne Demessieux y exerça ses dons excep­tion­nels dès 1933, pen­dant trente ans. Dès ma nomi­na­tion en 2005, il m’a semblé impor­tant de pré­ser­ver la tra­di­tion musi­cale du lieu. L’idée d’une audi­tion domi­ni­cale s’impo­sait. La paroisse est donc heu­reuse de vous pro­po­ser chaque diman­che un réci­tal à 18h00, en guise de pré­lude à la messe de 19h. » Hampus Lindwall, orga­niste titu­laire

Artisanats

Plusieurs d’entre-nous se retrouvent pour exercer leurs talents de couture ou de peinture le vendredi après-midi au clocher (186 av Daumesnil)

Contactez Sylvie au 01 43 40 47 36

En savoir plus

Braderies

En moyenne, quatre fois dans l’année, des vêtements pour tous et du linge de maison, à très petits prix, dans la grande crypte, pendant le week-end.

Prochaines dates:

14 & 15 décembre

1er & 2 février

29 & 30 mars

21 & 22 juin

En savoir plus

Brocantes

Deux fois dans l’année, mi-octobre et mi-mars, livres, bibelots, vaisselle, petit électro-ménager, dans la grande crypte, du vendredi après-midi au dimanche en fin d’après-midi.

Prochaines dates:

22 & 23 mars

En savoir plus

Kermesse de Noël

Le premier dimanche de l’Avent (du vendredi après-midi au dimanche en fin d’après-midi), nombreux stands pour vos cadeaux de Noël : fleurs, chocolats, foie gras, santons, livres neufs et d’occasion, papeterie, bijoux… Animations pour les enfants, spectacles musicaux, bar, buffet, déjeuner du dimanche, vin chaud à l’entrée des cryptes de l’église…

Pour en savoir plus et connaître avec précision les horaires et les dates de ces événements :

En savoir plus

Amitié espérance

Les personnes qui souffrent de dépression ou de maladie psychique trouvent un accueil
approprié. Réunions annoncées sur la feuille paroissiale.

En savoir plus

Le mouvement propose à ces personnes un cheminement en groupe pour rompre leur
isolement et leur ouvrir un espace de convivialité, dans la simplicité. Un espace dans lequel chacun est accueilli, écouté, lui permettant de retrouver une certaine dignité dans la société et dans l’Eglise.
La vie est célébrée par diverses expressions du mouvement : le soutien, les rencontres, les partages, le courrier, le téléphone… mais aussi : lors d’un pèlerinage national, démarche de communion des personnes en souffrance, à Lisieux et à Lourdes. Lors des rencontres locales, régionales, véritables relais de solidarité.
Le planning des rencontres mensuelles est fait pour l’année. Chaque rencontre se divise en trois temps :
– Se donner des nouvelles : ses joies, ses peines, ses petits soucis ainsi que les difficultés
de la vie quotidienne.
– Réflexion autour d’un thème retenu par l’ensemble des participants.
– Un partage d’Evangile sur le texte du dimanche suivant.
La rencontre se termine par un goûter convivial.

Lieu et horaires :

Maison de la Durance, 8 rue de la Durance, 75012 Paris.

De 14h 30 à 17h. L’annonce de chaque rencontre apparaît dans la feuille paroissiale

 

La Camillienne

La Camillienne est une association chrétienne, très liée avec la paroisse. Ouverte à tous, elle propose des activités de loisir, de musique, de sport et de culture.

L’esprit de La Camillienne s’inspire des valeurs fondamentales de solidarité et de respect de l’autre, et vise au développement de la personne dans toutes ses dimensions.

La Camillienne crée des liens avec les habitants et les structures des quartiers de l’arrondissement au travers d’actions communes.

Luttant contre la tendance au repli de l’individu sur lui-même, la Camillienne se refuse à ce que ses adhérents ne soient que des consommateurs d’activités. Elle agit pour qu’ils soient des acteurs tant dans l’association que dans la vie sociale.

En savoir plus

Réunion mensuelle le dimanche après la messe de 11h à la maison paroissiale de la Durance (8 rue de la Durance, 75012 Paris). Repas convivial et après-midi bien occupée autour de jeux, mimes, chants.

Joggin'spirit

Course à pieds, ouverte à tous. Un dimanche par mois de 10 h 30 à 11 h 30, nous allons courir autour du lac Daumesnil. C’est pour nous l’occasion de partager un bon moment sportif et fraternel, et ensemble de participer à quelques courses caritatives.

En savoir plus

Réveillon de Noël

Pour les personnes isolées avec le soutien des Petits Frères des Pauvres, la paroisse organise le 24 décembre un repas festif et solidaire. Des colis sont également portés à domicile.

En savoir plus

Groupes & mouvements

Action catholique des milieux sanitaires et sociaux (ACMSS)

Foi et Lumière (groupe Joie et Résurrection)

Accueil de personnes ayant un handicap mental, entourées de parents et d’amis. Elles sont tout particulièrement aimées de Dieu.

Action catholique des femmes (ACF)

Mouvement chrétien des retraités, Action catholique ouvrière (ACO) & Action catholique des
milieux indépendants (ACI)

En savoir plus

CCFD –Terre Solidaire.

Fidèle à la mission confiée par les Evêques de France, le CCFD lutte contre les causes de la faim, guerres, spéculations, dérèglements climatiques. L’équipe locale organise la campagne de Carême pour aider à la réalisation de nombreux projets de développement humain intégral, et de dialogue entre les peuples.

Contact : Marie-Antoinette Meillier, à l’accueil de la paroisse.

RELAIS MISSIONNAIRE DU XIIè

Dernière rencontre : 14 Oct 2018 dans le cadre de la Semaine Missionnaire Mondiale

Rencontre avec  Aymeric DJENDÉ et son chemin vers la prêtrise :

            On est tous appelés à être missionnaires  J’ai 30 ans. Né à Beauvais d’un père Béninois et d’une mère française, j’ai 4 frères et sœurs. Après un baccalauréat scientifique (à 17ans),  j’ai fait médecine à Amiens. Avant, être prêtre ne m’avait jamais traversé l’esprit. Mes débuts en médecine ont été festifs. A 20 ans, en 3è année, avec ce genre désordonné, je n’étais pas heureux  et mon père est décédé. Une tante, sœur de mon père, est venue du Bénin. Elle m’a interpellé par son témoignage d’espérance alors que je n’étais pas bien. Du coup, je suis revenu dans l’Église.

J’avais été baptisé, fait ma communion, j’avais été en colonie de vacances,  j’étais d’une famille croyante décontractée,  mais en début de médecine j’avais décroché de l’Église. J’ai lu des livres, fait partie d’un groupe de chrétiens. En 4è année, je fuyais le travail par le sport.  J’ai révisé mes examens en monastère. Pendant ce temps d’étude chez les Frères Missionnaires des Campagnes, je suivais les offices. Là, l’idée d’être prêtre m’est venue et je l’ai repoussée. A partir de la retraite, de la 4è année jusqu’au doctorat, plus de problèmes de concentration pour travailler. J’ai fait partie d’une École de l’Évangile, d’un groupe de louange de Taizé à Amiens, j’ai été aux JMJ.

J’ai approfondi et parlé à un prêtre de mon idée d’être prêtre, il m’a dit d’accord, mais termine tes études de médecine.

Même dans les épreuves on peut trouver les traces de l’Amour de Dieu.

Je suis passé en internat à Caen. J’ai fait 3 ans en médecine générale. J’ai commencé à dire : “je veux devenir prêtre”  Il faut choisir la voie qui vous correspond, j’étais sensible aux malades. Pendant l’internat j’ai fait un discernement en vue de la prêtrise. Dans quel diocèse je rentre ? J’ai rencontré en Normandie les Eudistes, une société de vie apostolique. Saint Jean Eudes avait le cœur sur la main, les 1ère fêtes liturgiques qu’il a crées ont été  pour Jésus et Marie. Il  a fondé la Congrégation de Jésus et Marie qui forme des prêtres dans les séminaires, ils vont dans des paroisses pauvres. Il a aussi fondé la communauté des religieuses de Notre-Dame de Charité pour les prostituées.

J’ai passé ma thèse de médecine générale en septembre 2015 et j’ai un diplôme sur les addictions pour aider les gens à se libérer du tabac de l’alcool et de situations difficiles. Puis, je suis entré au séminaire d’Orléans tout en exerçant la médecine généraliste et en faisant des remplacements pendant les vacances. Il faut continuer d’exercer quand on est médecin. J’ai fait 2 ans de philosophie, de sociologie…

Le pape François ne veut pas de prêtres en haut et les autres en bas. Le vrai prêtre est en collégialité avec ses confères et les laïcs, avec des activités communes.

J’ai fait 2 années d’études au séminaire d’Orléans, ceux qui y rentrent ont entre 25 et 30 ans (sauf au séminaire Saint Martin). Il faut le Bac, sinon il y a 1 année préparatoire  Puis j’ai fait 1 an aux Philippines car chez les Eudistes on demande une expérience internationale et on étudie la spiritualité eudiste. J’étais le seul séminariste français sur les 9, avec moi 1 pakistanais, 1 vietnamien et 6 philippins. 1jour ou 1jour ½  je travaillais au dispensaire. 

Il y a 2000 îles aux Philippines, j’étais à Manille, on y parle le Tagalog. On parlait entre-nous en anglais. Je me suis adapté aux Philippines car les gens sont chaleureux,  j’ai été bien accueilli. Pour mes 30 ans, ils ont fait une fête avec un gros cochon et il y a eu un karaoké avec eux. Pour la nourriture il y a du riz 3 fois par jour.

 En mai 2018 je passais dans la 2è partie de préparation à la prêtrise avec une adaptation car  l’été pendant 5 semaines je fais des remplacements de médecins (sans dire que je veux devenir prêtre),  chaque semaine je suis 2 jours à Paris à “la Catho” , puis à Cosnes sur Loire, dans la Nièvre, 2 jours au dispensaire, ensuite  j’ai des activités pastorales dans l’Espace jeunesse et le soir je suis en communauté. Ces activités me plaisent.

Je veux être prêtre et docteur, point commun entre les 2 : le soin aux personnes avec l’importance de la Vie Éternelle.

1 mois avant mon entrée au séminaire, plusieurs dans ma famille s’en doutaient, mon grand frère, agnostique pense que je fais une erreur ; mon petit frère m’a dit : “si cela te plaît … d’accord.

On peut se poser des questions, par exemple touchant le célibat. Il ne faut pas être malheureux mais les mariés ont aussi des épreuves. Saint Jean Eudes a eu des épreuves mais globalement il a été heureux malgré les épreuves.

Les 1ère années j’avais  beaucoup à faire, maintenant cela s’apaise car la congrégation m’aide à rendre ce chemin, médecin – séminariste, possible. Je prépare un bac de théologie à la “Catho”  et je souhaite faire des études en bioéthique pour que mon ministère soit coloré par une tonalité médecine.

Il y a des liens entre médecine et Vie spirituelle, Jésus soignait les malades et enseignait les foules.
Partir à l’étranger, si on me le demande j’irai, mais la mission est aussi en France avec des défis, une crise de la foi.

Il faut qu’aimer les gens et  la vie soit prière car on peut manquer de temps. Il faut harmoniser prière et vie concrète.

 

Réunion du 24/05/2018

Messe / Pique-nique / Rencontre :
Sœur Lourdu  nous a présenté son pays :   L’Inde

L’Inde est située en Asie du sud. Avec 1,3 milliard d’habitants, c’est une démocratie et une république dotée d’une constitution fédérale avec un système parlementaire. Tous les états ainsi que les territoires fédéraux de Pondichéry et de Delhi, la capitale nationale, élisent leur gouvernement et décident de leur corps législatif comme en tout système démocratique, sur le modèle du Royaume Uni. Les cinq autres territoires fédéraux sont directement dirigés par des administrateurs nommés par le gouvernement central. En 1956, suite au «States Réorganisation Act,» ils furent réorganisés sur une base linguistique. Depuis lors,  la structure est restée largement semblable. Chaque État ou territoire fédéral est ensuite divisé en départements.

  1.   Aperçu historique
  2. Le contexte multiculturel et multi religieux de l’Inde
  • A l’origine quels étaient les habitants de l’Inde?

Les 1iers  habitants étaient des aborigènes ou tribus « prédravidiennes.» Un jugement de la Cour suprême du 5.1. 2011 affirme dans une thèse à visée historique que l’Inde est en grande partie un pays de vieux immigrants et que les aborigènes «prédravidiens», ancêtres des groupes tribaux actuels, plutôt que les « dravidiens,» étaient les 1iers habitants. Les aborigènes ne représentent aujourd’hui que 8% de la population et vivent en différentes parties de l’Inde.

  • Période des invasions islamiques

Cette autonomie relative et la propriété collective des terres par les tribus ont été sévèrement perturbées par l’installation des Moghols entre le 12ème et le début du 16ème siècle.

  • Période britannique

Dès les premiers jours de la domination britannique, les membres des groupes tribaux ont ressenti les empiétements britanniques sur leur système tribal. À partir du XVIIeme  siècle jusqu’en 1947, les britanniques accrurent et consolidèrent la féodalité en Inde en changeant radicalement le vieux système social et économique du pays.

  • La civilisation de la vallée de l’Indus.

De 3300 à l300 Av. J.C. a été considérée comme le berceau de la civilisation du sous-continent indien. Une culture urbaine avancée et sophistiquée s’était développée dans la période Harappan, de 2600 à 1900 Av. J.C.

  1. La Diversité Culturelle de L’Inde

L’Inde, avec 29 états et 7 territoires fédéraux, ayant différentes cultures et civilisations, est l’un des pays les plus peuplés du monde. La culture indienne, souvent cataloguée comme un amalgame de diverses cultures, s’étend sur tout le sous-continent indien ; elle a été influencée et façonnée par une histoire vieille de plusieurs milliers d’années. La trame de la culture de l’Inde est vaste et a des teintes et des vibrations de toutes sortes.

  1. Racines linguistiques du sous-continent indien.

L’Inde étant un pays de cultures différentes et contrastées, sa carte linguistique est tout aussi diverse. La «langue indienne» n’existe pas. Le Hindi est la langue nationale de l’Inde. Selon la Constitution de l’Inde, il existe actuellement 22 langues officiellement reconnues et 1652 dialectes en Inde.

La majorité des éléments qui constituent la langue indienne sont issus de la langue indo-aryenne ou de la langue dravidienne. La première est parlée par 70% des Indiens principalement dans le nord de l’Inde tandis que les langues dravidiennes le sont par 22% de la population et prédominent dans le Sud.

  1.   Castes et classes:

Le système des castes, comme forme de stratification sociale, est propre à la société indienne. On pourrait dire que c’est une forme extrême de système de classe fermée. Le statut des individus dans la hiérarchie sociale est déterminé par la naissance ou la descendance.

  1. Le vécu quotidien des castes

Les trois principaux domaines de la vie régis par le système des castes étaient le mariage, les repas et le culte religieux. Le mariage avec un membre d’une autre caste était strictement interdit. En termes de religion, les brahmanes, en tant que classe sacerdotale, étaient censés organiser les rituels et les services religieux y compris les fêtes rituelles religieuses, les mariages et les funérailles. Les castes Kshatrya et Vaisya avaient, elles aussi, le droit de culte.

  1. Le système des castes au cours de l’histoire indienne classique

Le système des castes n’a pas été aussi absolu et rigide pendant la majeure partie de l’histoire indienne. A partir du 12ème siècle, une grande partie de l’Inde était gouvernée par des musulmans.

  1. La Loi britannique et les castes:

Quand le « British Raj » a commencé à prendre le pouvoir en Inde en 1757, il a exploité le système des castes comme moyen de contrôle social. Les Britanniques se sont alliés avec la caste brahmane, rétablissant certains de ses privilèges qui avaient été annulés par les dirigeants musulmans. Cependant, de nombreuses coutumes indiennes concernant les castes inférieures semblaient discriminatoires aux Britanniques et étaient interdites.

Vivre le temps du veuvage

Des femmes veuves se retrouvent chaque mois pour découvrir dans leur état de vie un chemin d’espérance, à la lumière de la Parole de Dieu et de l’enseignement de l’Eglise. A l’école de la Vierge Marie, elles ont le désir de participer à la mission de l’Eglise en mettant leur disponibilité au service de la prière pour les prêtres et les vocations.

En savoir plus

Pourquoi attendre qu’il soit « grand » pour lui donner le goût de Dieu ?

Dès son jeune âge, l’enfant a une grande capacité d’éveil spirituel ; alors, pourquoi attendre qu’il soit « grand » pour lui donner le goût de Dieu, pour lui faire découvrir la joie d’être aimé de Dieu, pour apprendre à prier ?

Avec d’autres enfants de leur âge, dans la joie et la bonne humeur, pour découvrir la Parole de Dieu, chanter, prier, bricoler… Ce sont des parents qui animent, à tour de rôle, ces « célébrations ». Les parents sont invités à assister à la rencontre ; cela leur permet d’en reparler avec leur enfant, de lui poser des questions, de répondre aux siennes…

Un Dimanche matin par mois à 11h00
186, Avenue Daumesnil ;
Prendre l’escalier à gauche (salle du 3e étage du clocher)

Contact :           Rachel CHEYMOL (rachel.cheymol@yahoo.fr)

Rejoignez-nous aux dates suivantes :

  • Dimanche 12 novembre 2017
  • Dimanche 3 décembre (1er dim. de l’Avent & Kermesse)
  • Dimanche 14 janvier
  • Dimanche 11 février
  • Dimanche 18 mars
  • Dimanche 8 avril (dim. in albis)
  • Dimanche 27 mai
  • Dimanche 24 juin

 

 

Dialogue inter-religieux

Le dialogue interreligieux du 12e arrondissement a proposé, réunit les communautés catholiques des paroisses du Saint-Esprit et de Saint-Eloi, ainsi que la communauté musulmane de Nour (Bercy), et la communauté juive Chifté-Israël (Montgallet).

Le dimanche 18 novembre, elle nous a rassemblé  pour un Ciné-débat animé les jeunes de ces communautés.

En savoir plus
ACTUALITES

Voici les dernières nouvelles et événements de cette section…

Homélie pour la Sainte Trinité

Au Nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit[i] Frères et sœurs, quelle place laissons-nous dans nos vies à la Sainte Trinité ? Si souvent, nous prononçons la formule « Au Nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit », mais est-ce machinalement, ou comme une véritable...

Homélie de la Pentecôte

Viens Esprit Saint Frères et sœurs, qui est notre Patron ? L’Esprit Saint est la moins connue et la moins priée des trois Personnes de la Trinité. C’est compréhensible, car il ne s’est pas incarné et Jésus lui-même s’est plutôt adressé à son Père. Alors, comment...

Venir

Horaires d'ouverture : 7h30 à 20h

186 avenue Daumesnil
75012 PARIS

01 45 78 76 56

Nous envoyer un message