Je ne sais pas vous, mais j’ai pour ma part, j’ai souvent entendu dire des choses du genre : « ah… ça serait quand même plus simple si Dieu nous parlait directement, en français… » Le livre du Deutéronome, que nous venons d’entendre, nous rapporte que le peuple ne supporte plus d’entendre la voix de Dieu… Du coup, il lui a réclamé un prophète… Ce n’est peut-être pas plus mal finalement… Toujours est-il que Dieu semble favorable à cette demande, puisqu’il a dit à Moïse : « Ils ont bien fait de dire cela », alors : c’est une bonne chose. Et Dieu dit à son peuple par la bouche de Moïse : « Je ferai se lever au milieu de leurs frères un prophète comme toi » ! Qui est ce fameux prophète ? Une lecture à court terme nous invite à voir dans toute la lignée des prophètes de l’Ancien Testament. Une lecture à moyen terme nous invite à voir en ce prophète promis la personne de Jésus-Christ ! Le prophète par excellence !… Il est évidemment bien plus qu’un prophète : le messie crucifié sur la Croix, mort portants nos péchés et ressuscité pour faire de nous des saints. D’ailleurs le passage de l’évangile que nous avons entendu à l’instant, montre Jésus enseigner avec autorité. Quelle plus belle autorité que la Parole de Dieu ?… La première lecture nous a rappelé que la fonction du prophète était justement de dire la Parole de Dieu au peuple ! Mais Jésus, lui, il est lui-même la Parole, le Verbe incarné. Quoi de plus autoritaire que cela. Mais “autoritaire”, au sens premier de son étymologie : ce qui soutient, qui fait croître, qui élève… La Parole de Dieu nous soutient, nous fait croître, nous élève…

Alors, s’il y a une lecture à court et une à moyen terme, c’est que l’on peut en voir une à long terme, pour comprendre qui est le fameux prophète annoncé dans la première lecture… Depuis Jésus, ceux qui le suivent et qu’on appelle aujourd’hui “chrétiens”, se font baptiser prêtres, prophètes et rois. Alors évidemment ces 3 fonctions sont à comprendre dans la dynamique du Royaume et non dans la dynamique du monde. Mais il y a une forme de prophétisme baptismal et Saint Paul nous en donne un exemple. Pas besoin d’être un apôtre ou bien d’être missionné par l’Église… En réalité, par notre baptême, le Christ nous missionne déjà ! Pour dire la Parole de Dieu au monde, il faut la fréquenter. Nous le faisons à la messe chaque dimanche (chaque jour pour les plus courageux) et c’est déjà bien ! Ne nous refrénons pas si nous voulons en faire plus à la maison, bien sûr… La proximité avec la Parole de Dieu est essentielle : la lire, la re-lire, la re-re-lire, la méditer, la mémoriser, la répéter, la raconter… Regardons la démarche de Saint-Paul : « Frères, j’aimerais vous voir libres de tout souci » Un prophète ne dit pas « tiens, moi je fais ça dans ma vie, ça me rend heureux, il faut que tu fasses la même chose ! » Non ! Il est informé de la situation profonde des gens à qui il parle. Saint Paul connaît bien la situation et les mœurs douteuses de Corinthe, alors il parle, inspiré par la Parole de Dieu et avec son autorité. (Bien sûr, ses paroles sur la virginité et le célibat nous interpellent à nous, lecteurs du 21e siècle, mais il faut les contextualiser pour mieux comprendre avant de poser un jugement…) Sa démarche, il la donne lui-même : « vous proposer ce qui est bien, afin que vous soyez attachés au Seigneur ». Peut-être pourrions-nous nous lancer un défi (un défi de prophète) : en rentrant chacun chez soi, relire les textes de la messe et trouver une phrase ou un évènement, le mémoriser et le raconter à au moins une personne dans la semaine, pour lui dire quelque chose de bon de la part du Seigneur… (J’ai hésité à proposer ça… Je me suis dit que quelqu’un pourrait être capable de sortir de l’église en disant à tout le monde « “celui qui est marié a le souci des affaires de ce monde et il se trouve divisé”, c’est Dieu qui l’a dit »… S’il vous plaît, ne faites pas ça ! Sortir des phrases de leur contexte est un bon moyen de ne pas les comprendre…)

Aujourd’hui, je prie Dieu, comme le peuple hébreu dans la première lecture, pour lui demander des prophètes, pour lui demander de réveiller ou de stimuler le prophétisme baptismal des chrétiens et particulièrement des paroissiens du Saint-Esprit ! Ne soyons pas des prophètes qui passent pour des illuminés que personne n’écoute, mais des prophètes lumineux, qui rayonne de l’amour du Christ par leur foi et leur espérance. Soyons des prophètes pour notre monde, ce monde en crise, cette France qui souffre, ces citoyens qui désespèrent. La communauté chrétienne est avec nous pour nous soutenir et rester dans l’espérance ! Prions les uns pour les autres : cette chaîne de prières entrecroisées deviendra comme un filé de secours. La Parole de Dieu, le Verbe incarné, le Christ bien sûr est aussi avec nous pour nous garder dans son Espérance ! Devenons les rayons de cette espérance qui doit se répandre dans le monde ! Nous savons ce qui nous reste à faire. Je conclurai avec les mots de l’Apôtre : « C’est dans votre intérêt que je dis cela ; ce n’est pas pour vous tendre un piège, mais pour vous proposer ce qui est bien, afin que vous soyez attachés au Seigneur. »

Alexandre Coustham