Jean 10: 22-30 (5 mai 2020)

Nous continuons l’image de Jésus en tant que berger. «C’est l’hiver» et la scène est le portique de Salomon sur le côté est du Temple pendant le festival d’hiver de la dédicace ou de Hanoukka. Cette fête est la commémoration de la dédicace du temple par Judas Maccabée en décembre 165 avant JC après avoir été profané par le roi syrien Antiochus Epiphanes. Ce fut le dernier grand acte de libération que les Juifs eurent connu.

On nous dit que Jésus marchait dans la zone du temple sur le portique de Salomon. Il s’agissait d’une structure couverte, semblable à la «stoa» des Grecs. On croyait généralement que cela remonte à l’époque de Salomon (qui a construit le temple d’origine), mais ce n’était pas le cas.

Encore une fois, Jésus est interrogé très directement sur sa véritable identité. «Si vous êtes vraiment le Messie, dites-le nous en termes clairs.» La question indique qu’ils avaient compris la signification de beaucoup de choses qu’il avait dites et faites. D’un autre côté, ce n’était pas une question à laquelle on pouvait simplement répondre par un «oui» ou un «non» en raison des nombreuses idées et attentes divergentes concernant le Messie qui étaient courantes à l’époque. Et certainement aucun d’eux ne correspondait au genre de Messie que Jésus allait devenir.

Une fois de plus, Jésus dit qu’il leur a déjà dit mais ils refusent de croire. Les déclarations précédentes ont clairement indiqué qu’il parlait comme un avec une mission de Dieu. Peut-être n’avait-il pas dit explicitement qu’il était le Messie (sauf pour la Samaritaine), mais cela aurait dû être clair soit à partir de ses déclarations, soit à partir des preuves de tout son mode de vie, y compris les signes qu’il avait donnés – tout clairement fait dans son Le nom du père.

Les œuvres qu’il a réalisées sont un témoignage constant de ses véritables origines «mais vous refusez de croire parce que vous n’êtes pas mes brebis».

Il énumère ensuite les caractéristiques des vrais moutons ou adeptes:

– ils entendent ma voix”

– Je les connais

– Ils me suivent.

Et, comme nous l’avons dit ailleurs, «entendre» dans l’Évangile signifie:

– Écouter

– Comprendre

– S’intégrer pleinement dans sa propre pensée

– Pour réaliser ce que l’on entend.

À ces disciples, Jésus donne «la vie éternelle». La sécurité des moutons est au pouvoir du berger et personne ne les arrachera de sa main. Et c’est parce qu’ils lui ont été donnés par le Père, dont la puissance est plus grande que n’importe quel ennemi.

Enfin, dans une réponse claire et sans équivoque à leur défi d’origine, il dit à ses interlocuteurs: «Le Père et moi ne faisons qu’un.» Le pouvoir du Fils est le même que celui du Père. Ce n’est pas une déclaration sans équivoque de divinité, mais pointe dans cette direction. Et les auditeurs de Jésus l’entendent de cette façon.

Mes chers frères en Christ enfin je veux nous demander, quelle voix entendez-vous? Quelle voix suivez-vous? Il me semble que vous écoutez tous très attentivement et suivez de très près la voix de l’hospitalité et de la grâce, de la joie et de l’espérance, de la libération et de la restauration. Alors… continuez à faire ce que vous faites! Je vous dis la vérité. C’est une chose dont je suis sûr. Si vous écoutez la voix de l’amour, de l’hospitalité, de la générosité, de la justice et de la compassion, de la création et de l’espoir – RIEN dans ce monde ne pourra vous arracher – rien ne pourra vous renverser, vous déchirer, vous transformer autour – cela ne peut tout simplement pas être fait – parce que rien ne peut vous séparer de la grâce et de l’amour de Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur. Amen.

P. Marcos