DIEU, LE PERE

L’apôtre Thomas, nous le savons, aime ce qui est concret est logique. Jésus ne peut se dérober devant l’évidence : « Nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? »

Lorsque dans notre existence Jésus nous semble bien loin, quand il semble s’éloigner de nous, Thomas est un peu notre porte-parole. Avec lui nous demandons une réponse. Où vas-tu, que nous puissions te suivre. Et Jésus donne à la fois le but et le chemin : « Moi je suis le chemin… personne ne va vers le Père sans passer par moi.

Il y a quelques années, j’ai rencontré un médecin français qui travaillait en Indonésie. Il était de passage à Paris à cause du décès de sa mère. Et il me disait : “On n’imagine pas le nombre de populations à travers le monde qui n’ont jamais entendu parler du Christ”.

Pourtant beaucoup parmi elles croient en Dieu. Au regard de cette situation, comment résonne en nous cette parole de Jésus? Pourquoi revendique-t-il une telle exclusivité ?

« Personne ne connaît le Père si ce n’est le Fils » nous affirme Jésus dans l’Évangile de Mathieu. De fait, comme Fils bien-aimé du Père, il nous partage au long des pages des évangiles, quelque chose de la relation qui le fait vivre. Comme Fils unique et bien-aimé, il nous fait connaître le Père d’une manière incomparable. D’ailleurs dans l’Évangile de Luc, il précise encore davantage : « Personne ne connaît qui est le Père, si ce n’est le Fils. » On pourrait traduire les précisions en disant que Jésus seul peut nous dire à quel point Dieu est un Père. »

Le nom de Père donné à Dieu est une analogie.
L’expérience que nous pouvons avoir de la paternité peut nous aider à comprendre cette sorte de comparaison. Cependant Dieu est Père au-delà de ce que nous pouvons percevoir. Jésus nous le fait entrevoir grâce à d’autres images. Souvenons-nous de ses paraboles : le Père et ses deux fils, la brebis perdue, etc.
Nous n’avons donc jamais fini de contempler la miséricorde de Celui que nous appelons notre Père.

De manière éminente, Jésus est notre chemin dans la célébration eucharistique. Là, il nous fait avancer sur le chemin qui mène au Père. En effet il prend toute notre vie dans la sienne pour la présenter à Dieu.

P. Christophe