La guérison du malade de Bethzatha :

« Lève-toi, lui dit-il, prends ton brancard, et marche » ( Jean 5, 8)

Nous voyons Jésus pénétrer aujourd’hui dans une sorte de cour des miracles. Il passe au milieu d’une foule de malades couchés au bord de cette piscine miraculeuse de Bethzatha dont l’eau bouillonnante redonne santé et vigueur à tout malade qui s’y jette en premier. Jésus s’intéresse à un malade en particulier.

Il « lui dit : “veux-tu être guéri ?” » Question quelque peu surprenante de la part de Jésus, d’autant plus que depuis 38 ans cet homme n’attendait que cette guérison. Mais par lui-même il était incapable de se jeter dans la piscine en premier. C’est un homme paralysé, immobile  et étendu sur le sol, abandonné à lui-même. Jésus vient vers lui pour le remettre debout dans la position verticale. « Lève-toi, lui dit-il, prends ton brancard, et marche ». Guéri, il peut désormais marcher et porter lui-même ce qui le portait, son brancard.

Jésus est le Sauveur. C’est lui qui efface nos péchés, nous guérit et nous délivre de tout mal. Il veut nous libérer de tout ce qui, dans notre corps, notre imagination, notre esprit, notre cœur, nous empêchent de plonger dans l’amour du Père.

Il se présente à nous aujourd’hui comme la véritable source de guérison et de libération. Sa Parole qui a guéri ce malade de l’évangile est plus puissante que l’eau de la piscine de Bethzatha. C’est en elle qu’il nous faut plonger pour ouvrir un nouveau chemin de vie.

Jésus a perçu le désir de cet homme de se lever, de se remettre en marche et il l’a comblé bien au-delà de ses attentes. Ce dernier n’a aucunement soupçonné que sa joie de faire connaître Jésus allait le conduire à la mort. Prions que notre peuple puisse entendre Jésus lui dire : Lève-toi et marche vers moi.

En cette période de confinement où nous sommes réduits à une certaine immobilité, prenons le temps de rentrer en nous-mêmes et d’écouter la Parole de Dieu. Prenons le temps de renouveler notre désir de Dieu. Certes, nous sommes quelque peu paralysés et déstabilisés par rapport à nos mouvements habituels, mais rien ne peut et ne doit paralyser un cœur enraciné en Jésus. Prenons le temps de réinventer en Jésus les rapports humains.

Que Dieu Tout-Puissant vous bénisse au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit Amen !

Père Thomas THON