Nous avons un garçon de 9 ans qui vit beaucoup de difficultés depuis 3 ans, scolaires, physiques, psychologiques… Nous avons fait beaucoup de démarches, et il s’avère que notre enfant a une grosse fatigue (encore) inexpliquée, les différentes hypothèses les plus sombres ayant été écartée les unes après les autres. Avec le soutien de différents professionnels et avec le temps, il ne fait plus de fugue et ne parle plus de se tuer, toutefois, il reste en permanence hyper sensible à la frustration et sujet aux colères.
Le confinement a été source de stress pour lui et les 3 premières semaines ont été rudes pour toute la famille car il manifestait à tous égards son mal-être : la moindre déception engendrait un emportement, des portes qui claquent, des cris et des chapelets de gros-mots… d’autant plus que nous ne pouvions plus compter sur le soutien des professionnels, confinés eux-aussi. Les relations étaient souvent tendues et se vivaient dans l’opposition, chacun voulant “être reconnu” par l’autre.
Et pourtant, ce matin : notre fils est venu me retrouver à la cuisine : “maman, j’ai bien fait de ranger ma chambre comme tu me l’as demandé tout à l’heure, car maintenant j’ai du temps avant de commencer les devoirs. Je suis content, je vais pouvoir écouter de la musique, ils sont trop bien les écouteurs que tu m’as achetés : merci maman !”.
Petit miracle de la résurrection : pas de râle, 3 gratitudes dans la même phrase, une reconnaissance de l’autorité, un bien-être manifeste et un grand sourire… Cela n’était pas arrivé depuis fort longtemps ! Merci Seigneur, par ce petit signe, de raviver la flamme de l’espérance et de la persévérance !
Et voici le chant qui m’habite en reconnaissance :